Côte d’Ivoire: L’ambiance à Bouaké, 24 heures après une manifestation d’ex-rebelles

620 0

 Plusieurs centaines d’anciens rebelles démobilisés avaient dans la matinée du lundi 8 mai, les mains nues, bloqué l’accès sud de la ville avec pour conséquence, des centaines de véhicules coincés à l’entrée de la ville. Après des discussions avec le préfet de Bouaké, les ex-rebelles des Forces nouvelles créées par Guillaume Soro, ont décidé de suspendre leur mouvement d’humeur. 24 heures après ces derniers incidents, Burkina24 a joint des habitants pour faire le point de la situation.

Début janvier dernier, un cycle de mutineries orchestrées par d’anciens rebelles intégrés dans l’armée avaient paralysé plusieurs villes pour réclamer le paiement de primes. En satisfaisant leurs revendications par le versement de primes à 8.500 de ces membres de l’ex-rébellion, les autorités avaient provoqué la colère de militaires et gendarmes non concernés par cet accord financier et qui s’étaient à leur tour mutinés.

Le dernier remous de Bouaké révèle que ces anciens rebelles remobilisés réclament leur “part du gâteau” et exigent “18 millions de F CFA par personne“, la “reconnaissance de leur grade de caporal” et leur “intégration dans l’armée”.

Les réactions  des populations de la ville de Bouaké sont l’expression d’un dégoût face aux récidives des ces hommes qui troublent la bonne marche des activités dans cette ville.

“Nous sommes fatigués. Quand est-ce que tout ça va finir ? La guerre est finie mais on ne dirait pas!”, s’indigne Djakaridja Koné, vendeur de motos à Bouaké. “Ce n’est pas bon signe”, selon Georges Kouassi,  enseignant à Bouaké.

Le porte-parole du mouvement, Mamadou Ouattara, à la suite des discussions avec le préfet de Bouaké ce même 8 mai, a indiqué qu’“un rendez-vous ferme est pris pour rencontrer le chef de l’Etat incessamment”.

Ce mardi  9 mai, la ville semble retrouver son calme à en croire une source locale.

Burkina24

 



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *