Nord du Burkina : Roch Kaboré félicite les FAN et les enseignants

650 0

Le Président Roch Kaboré, « invité d’honneur pour la rentrée solennelle du parlement panafricain » a mis à profit son séjour en Afrique du Sud pour parler de la nécessité de la solidarité entre Burkinabè vivant à l’étranger. Au menu des échanges avec les compatriotes, la « détermination » des Forces armées nationales (FAN) et l’« engagement » des enseignants à qui il attribue tout le mérite de la reprise en main de la situation au Nord du pays.

En marge de son séjour dans le pays de Nelson Mandela, où il a été convié par le parlement panafricain pour partager son expérience d’ancien président d’Assemblée nationale du Burkina, Roch Kaboré a pris le temps d’échanger avec les Burkinabè qui y vivent. Avec eux, « l’esprit de solidarité » était au cœur des échanges.

Dans une vidéo postée sur son compte twitter, le président a souhaité que « partout, où il y a des Burkinabè que l’unité, la solidarité et l’esprit de famille » soient à la base des rapports qu’ils entretiennent entre eux. « C’est important », a ajouté le président du Faso tout en les félicitant que ce soit « quelque chose qui est déjà bien ancré» entre les membres de la communauté et malgré des barrières comme celles de la langue, de la distance.

« Engagement » des enseignants et « détermination » des Forces armées nationales

 La situation sécuritaire que traverse actuellement le pays a été également débattue avec la communauté. Là aussi dans une vidéo, le président du Faso loue la bravoure des Forces armées nationales (FAN) engagées dans la bataille pour apporter la quiétude dans la région. « Grâce au déploiement de nos forces, grâce aux engagements de nos militaires, aujourd’hui, nous pouvons dire que l’armée nationale et les forces de sécurité ont repris en main la situation au Nord », s’est réjoui le chef de l’Etat.

Les participants à la rencontre ont posé des questions au Chef de l’Etat

Roch Kaboré est revenu sur la psychose qui prévalait avant le déploiement des FAN, période pendant laquelle, « il était impossible de faire des cours au Nord » et au cours de laquelle un individu pouvait faire irruption dans une classe et dire « si c’est pas en arabe, si on vient te trouver demain, tu vas avoir des problèmes ».

Une menace qui a cédé la place à l’action. « Finalité, a déploré le président, tous les enseignants étaient obligés de débrayer. Il y a eu même un assassinat d’un enseignant (Salifou Badini ndlr) qui a aggravé les préoccupations ».

 Les pertes ont été limitées et les cours ont repris suite à l’intervention des troupes déployées sur le terrain. Le dénouement qu’« il faut saluer vivement » aujourd’hui, le commandant en chef des armées attribue le mérite au corps enseignant pour son « engagement » et aux FAN pour leur « détermination ». C’est grâce à eux qu’après le retour de « la sécurité dans la zone, l’école a repris ».

Synthèse de Oui Koueta

Burkina24



Oui Koueta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *