Libre circulation : 30 fonctionnaires des pays de la CEDEAO en pourparlers à Ouaga

306 0

La Commission de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) avec le soutien de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a élaboré un manuel de formation régional sur la libre circulation. A cet effet, une formation des formateurs se tient à Ouagadougou, du 16 au 18 mai 2017. Elle regroupe 30 fonctionnaires des pays membres de la Communauté. 

Le manuel de formation régional sur la libre circulation a été élaboré par le biais du projet « Soutien à la libre circulation des personnes et migration en Afrique en l’Ouest » (FMM Afrique de l’Ouest). Ce projet soutient les capacités de la commission de la CEDEAO et de ses Etats membres par l’assistance technique et le renforcement des capacités.

La présente formation de trois jours qui se déroule à Ouagadougou regroupe 30 fonctionnaires gouvernementaux, deux pour chacun des 15 pays membres de la CEDEAO. Elle vise l’amélioration de leurs capacités et la coordination vers une mise en œuvre intégrale du Protocole de 1979, notamment ses 2e et 3e phases, à savoir le droit de séjour et le droit d’établissement. Ces phases nécessitent des efforts supplémentaires, selon l’OIM, de la part des Etats membres pour être pleinement mises en œuvre.

Comme l’a affirmé Clément Sawadogo, ministre de la Fonction publique, la « libre circulation est permanemment entravée ». Et cite-t-il, « la migration de travail, l’emploi à l’étranger et la mobilité au sein de la CEDEAO demeurent encore assez peu réglementés ». Pour mesurer le bien-fondé de cette formation et partant de l’opportunité que constitue la libre circulation « pour le développement des Etats de la région », le ministre avance que la migration Sud-Sud est 7 fois plus importante que la migration de l’Afrique de l’Ouest vers le reste du monde.

Le Dr Tony Luka Elumelu, chef de mission de migration et libre circulation de la CEDEAO explique que la formation vise à « étudier de façon harmonisée, la mise en œuvre des principes de libre circulation ». Aussi note-t-il, la conception de la citoyenneté va être renforcée.

Cette citoyenneté, selon le chef de mission de migration et libre circulation de la CEDEAO, a trait à la question de la carte d’identité biométrique qui a pour finalité « d’aider au renforcement de la sécurité par une bonne identification » des habitants des pays membres de la zone CEDEAO. Il s’agira aussi, pour les participants, de faire des propositions pour une bonne organisation de l’émigration vers l’Occident.

Au terme de la rencontre, il est prévu que les contributions des Etats membres soient incorporées pour qu’une version finale du manuel sur la libre circulation soit validée techniquement. Par ailleurs, les 30 bénéficiaires de la formation procéderont à une restitution au niveau national, chacun dans son pays, sur les principes de la libre circulation.

Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24

Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre