Front Anti-CFA : La sensibilisation avant “la résistance civique”

229 3

Le principal porte-parole du Front anti-CFA, Kemi Seba, a animé une conférence publique ce samedi 20 mai 2017 à Ouagadougou, où partira « la reconquête du souverainisme africain ». Partant du principe qu’aucun peuple ne peut décider de sa destinée tant qu’il ne maîtrise pas son économie, Kemi Seba passe d’abord par la case sensibilisation de la jeunesse africaine avant celle de la « résistance civique » contre les chefs d’Etats qui ne s’activeront pas pour une sortie du F CFA. 

Pendant près de 3 heures, Kemi Seba a entretenu son auditoire composé à majorité constitué d’étudiants comme Serge Bayala du mouvement 2 heures pour nous, 2 heures pour l’Afrique et de leaders d’OSC dont Hervé Ouattara, Marcel Tankoano, Safiatou Lopez.

Il est venu parler du F CFA, l’un des derniers vestiges du colonialisme comme il le définit et qui n’a que trop duré. Cette durée, il la lie à la peur de l’inconnu derrière lequel se retranchent les dirigeants des pays de la zone franc. Or, « aucun peuple ne peut décider de sa destinée tant qu’il ne maîtrise pas son économie », assène le porte-parole du Front. Il déplore que l’économie des deux régions (CEDEAO et CEMAC) soit régulée par l’autorité française.

C’est convaincu que la meilleure façon de faire bouger les lignes, c’est d’impliquer les populations concernées, que les leaders de la lutte ont décidé de sortir des thématiques jugées « élitistes »  pour les mettre dans la rue, auprès du peuple de telle sorte que chacun puisse se les approprier.

Pour l’heure, c’est une lutte de sensibilisation, mobilisation, mais aussi de dialogue avec les autorités. La position des présidents Idris Déby Itno et Roch Kaboré, qui ont eu le « courage de se prononcer »  sur le sujet explique la visite dans ces deux pays, a expliqué Kemi Seba.

Une vue des participants à la conférence publique au CBC.

Les pays concernés sont-ils suffisamment préparés pour le basculement ?

Le porte-parole du front anti CFA, pour qui la question mérite d’être posée autrement, est plutôt tranchant. Il propose qu’« entre la stabilité de l’esclavage monétaire et l’instabilité de la liberté », les populations des zones concernées doivent s’apprêter « à tenter l’instabilité de la liberté pour par la suite pouvoir réguler (leur) situation et connaitre un équilibre réel économique ».

Et pour cause, poursuit-il, « on ne sera jamais suffisamment prêt pour quitter la plantation, mais il faut tenter, il faut tomber pour être capable de se relever »,

La France « ouverte » aux propositions des africains

Si en avril 2016, Michel Sapin affirmait que « c’est la décision des Africains qui s’impose, pas la décision de la France » et plus récemment François Hollande, analyse Kemi Seba, c’est en raison du degré de mobilisation de plusieurs dizaines de milliers d’Africains. Pour lui, il ne s’agit que d’« une proposition du renard », car « ils n’ont aucun intérêt à scier la branche sur laquelle ils sont assis ».

La proposition est un leurre pour le porte-parole du Front anti CFA. Il affirme que l’ancienne métropole n’aidera pas les Africains à quitter une « plantation » qui leur fournit leur puissance et qui les appauvrit. Il ne manque pas de figure pour illustrer les déclarations. Présent dans la capitale du cinéma africain, Kemi Seba dit ne pas tenir compte de « leur cinéma ». D’où l’invite lancée aux Africains d’écrire leur propre script pour « ne plus être des figurants ».

Et si malgré tout, certains décident d’être des « figurants » ?

Si le front anti CFA n’obtient pas satisfaction en ce qui concerne ses doléances, annonce son principal porte-parole, il sera procédé à l’activation du levier. Cela consistera à engager une « résistance civique » dans les pays où les chefs d’Etats ne voudront pas s’activer sur la thématique. Ainsi, il sera mené une « campagne contre eux pour qu’ils ne puissent pas gagner les élections lorsqu’ils se représenteront ».

Oui KOETA

Burkina24

Oui Koeta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Il y a 3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre