Des enfants marchent sur l’Assemblée Nationale pour la mise en œuvre de leurs droits

192 0

La Coalition au Burkina Faso pour les droits de l’enfant (COBUFADE) a réuni une centaine d’enfants à Ouagadougou pour un plaidoyer pour l’adoption du code de protection de l’enfance et la ratification du troisième protocole facultatif à la convention relative aux droits de l’enfant.

Les enfants espèrent que le gouvernement entendra leurs voix à travers l’Assemblée Nationale

« Les enfants d’abord !». C’est en criant ce slogan que les enfants sous la bannière de la Coalition au Burkina Faso pour les droits de l’enfant (COBUFADE) ont marché sur l’Assemblée Nationale du Burkina où ils ont exposé un certain nombre de requêtes pour le respect de leurs droits à travers le respect des différents protocoles d’accords signés par le gouvernement du Burkina Faso.

Après avoir parcouru  un peu plus d’un kilomètre entre la bataille du rail et l’Assemblée Nationale du Burkina le samedi 20 mai 2017 à Ouagadougou, ils ont transmis un message au Parlement afin qu’il plaide auprès du gouvernement pour la prise en compte d’un certain nombre de mesures en leur faveur.

Le Burkina transmet ses rapports sur les droits de l’enfant en retard

L’Assemblée Nationale va jouer sa partition selon Salamata Samaké

Les enfants constatent que « les rapports du Burkina Faso appelés rapports pays sur les droits de l’enfant, des recommandations sont transmis avec un retard aux comités de suivi basés respectivement à Addis-Abeba et à Genève », révèle le message des enfants.

En plus de cela, « certaines recommandations et observations reviennent à tout moment. Ce qui nous laisse penser qu’elles ne sont pas mises en œuvre », ont constaté les enfants.

En plus de cela, les enfants expliquent qu’il existe un troisième protocole facultatif à la CDE que notre pays n’a pas encore ratifié.  C’est pourquoi les enfants souhaitent que des dispositions soient prises pour que le Burkina soit à jour.

Le 5e vice-président de l’Assemblée Nationale Salamata Konaté apprécie le fait que les enfants soient conscients qu’ils ont des droits grâce au suivi mené par la COBUFADE. Elle reconnait que c’est du devoir des députés de mener des plaidoyers auprès du gouvernement pour la mise en œuvre des textes mais aussi  de voter des textes dans ce sens.

Elle salue donc cette démarche et assure que tout sera mis en œuvre pour que le gouvernement respecte ses engagements. Cela se fera avec l’accompagnement de ces enfants et la COBUFADE pour le suivi. La Présidente de la COBUFADE Solange Traoré/Bassinga espère que cette marche va convaincre le gouvernement et l’Assemblée Nationale de prendre des mesures pour le respect de leur engagement.

Boukari OUEDRAOGO

Burkina24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre