Gestion au CSC et des services payés de la police : Le MB-PVD pour une poursuite judiciaire

704 0

Ceci est l’avis du Mouvement Burkinabè pour la Promotion des Valeurs Démocratiques (MB-PVD) sur les rapports de gestion faits sur le Conseil supérieur de la communication (CSC)  et les services payés de la Police nationale.

Le Mouvement Burkinabè pour la Promotion des Valeurs Démocratiques (MB-PVD) a suivi avec intérêt l’exposé du rapport de gestion au Conseil Supérieur de la Communication et celui des services payés à la Police.

En rappel, à l’issue des enquêtes, des malversations financières graves ont été relevées et de présumés responsables ont été plus ou moins identifiés. 

Le MB-PVD salue l’approbation des plus hautes autorités quant à la conduite de ces enquêtes ; approbation ayant permis de mettre à nu des dysfonctionnements très graves, reniant du coup la mémoire des martyrs de l’insurrection des 30 et 31 octobre 2014. En effet, cette insurrection qui traduisait la détermination, la résolution et la volonté des masses à aller impérativement vers un véritable changement positif se heurte toujours à l’obstination et à la velléité de nostalgiques à toute œuvre utile pour le bonheur du peuple burkinabè

Par ailleurs, le Mouvement encourage les autorités à persévérer et à poursuivre les enquêtes dans les différentes institutions et services administratifs, aussi bien centraux que périphériques afin de démasquer les faussaires et les punir à la hauteur de leur forfaiture.

Au regard de sa ligne d’orientation qui est celle de la promotion de la bonne gouvernance et du civisme, le MB-PVD se devait de se prononcer sur les conclusions de ces dits rapports.  

Pour le Mouvement, ce véritable changement tant souhaité, qui devrait imposer à tous, des valeurs d’honnêteté, d’intégrité, de patriotisme, de probité et de respect du bien public est loin et même très loin d’être atteint. 

Face à cette situation déplorable, qui résulte de la volonté de certains responsables d’imprimer dans l’administration, leur marque et ce au mépris du concept de la bonne gouvernance, le MB-PVD condamne avec fermeté cette attitude immorale, répugnante et dénudée de tout enseignement positif et de toute espérance pour les générations futures. Il invite alors :

– L’Etat à déposer une plainte auprès des services juridiques compétents pour une suite judiciaire ;

– Les autorités judiciaires compétentes, à se saisir de ces dossiers afin que des poursuites soient engagées à l’encontre des responsables de ces malversations ;

– Les autorités administratives, en charge de ces deux structures, à infliger les sanctions administratives conséquentes à la hauteur des différentes forfaitures.

Le Mouvement interpelle les plus hautes autorités à entreprendre une moralisation de la vie administrative, gage de toute performance, par l’application de référentiels d’éthique et de déontologie pour une administration au service du peuple.

Le MB-PVD tiendrait le Gouvernement responsable de toutes décisions inappropriées à la gravité des faits et le culpabiliserait pour les actes d’incivisme qui surviendraient du fait de leur inaction.

« POUR UN BURKINA RADIEUX, L’INTEGRITE ET LE CIVISME, NOTRE CREDO »

 Le Bureau Exécutif

Ouagadougou le 22 mai 2017                                                                                                                                                                  



B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *