Semaine mondiale d’action pour l’éducation : Rappel des engagements

528 0

La Coalition nationale pour l’éducation nationale pour tous a annoncé le lancement de ses activités autour de la Semaine mondiale d’action pour l’éducation (SMAE).

 La Coalition nationale pour l’éducation pour tous organise du 22 au 28 mai 2017, la Semaine mondiale d’action pour l’éducation pour tous.  Les activités, notamment des visites dans des écoles et des rencontres avec des autorités en charge de l’éducation, auront pour but «d’interpeller le gouvernement, les partenaires techniques et financiers sur les engagements pris dans la déclaration  de l’agenda 2030 de l’éducation à Incheon en Corée du Sud en mai 2015 ».

La coalition a saisi l’occasion de la conférence de presse pour faire ressortir les acquis et les défis des semaines mondiales d’action pour l’éducation précédentes.

Parlant des acquis au niveau du Burkina, le coordonnateur national Tahirou Traoré a assuré que la coalition a fait un plaidoyer qui a abouti à la loi d’orientation sur l’éducation. Elle  prend en compte la gratuité de l’éducation. Il a aussi évoqué de l’élaboration de la Stratégie nationale d’éducation inclusive qui n’a pas encore été adoptée.

 L’implication de la société civile dan l’élaboration des plans d’actions des budgets d’éducation dans les suivis de la mise en œuvre des politiques éducative est aussi un acquis pour la coalition.

Un autre acquis relevé est l’interpellation du gouvernement pour accroitre le financement domestique à partir des ressources naturelles. A en croire Tahirou Traoré, c’est à la suite de leur interpellation que « l’Assemblée nationale a pris sur elle de mener une enquête parlementaire sur les mines (….). Nous savons que c’est une suite  logique à la campagne que nous avons menée même si cela n’a pas été dit de façon explicite ».

Néanmoins,  il a souligné que ces résultats les réconfortent et que cela montre qu’ils peuvent développer l’éducation à partir des ressources internes.

La question de l’accès à l’éducation primaire, celle de l’éducation préscolaire, du maintien des filles à l’école, de la qualité de l’éducation et la question de développement des compétences pour les jeunes et adultes restent les défis que la coalition entend relever.

Irmine KINDA

Burkina24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *