Ouaga : La présumée voleuse d’enfants donne sa version des faits

Une femme a été violentée le 23 mai 2017 à Ouagadougou parce qu’accusée de vol d’enfants. Celle-ci a donné sa version des faits. Il s’avère qu’il s’agit de Adjaratou Diessongo dit Adja Divine, une artiste musicienne burkinabè. Elle affirmé qu’elle n’était pas une voleuse d’enfants.

La version de Adjaratou Diessongo

Burkina24

C’est sur la télévision burkinabè BF1 que l’artiste Adjaratou Diessongo a donné sa version des faits sur ce qui s’est passé ce 23 mai 2017. 

Selon ses dires, elle est sortie avec sa voiture pour acheter du lait pour son enfant, qu’elle tient dans ses bras dans la vidéo publiée sur la page Facebook du média. Mais elle a reconnu que l’assurance de sa voiture était périmée et  n’a pas pu la renouveler. Sur le chemin, elle  a croisé un contrôle de police qu’elle a contourné. 

Après ses achats, elle dit s’être hâtée vers son domicile car l’enfant pleurait, selon les dires de sa servante. Mais sur le chemin du retour, elle a croisé à nouveau le contrôle de police qui l’a interpellé. Elle affirme avoir refusé d’obtempérer, car, continue-t-elle, en plus de l’assurance périmée, son enfant pleurait. Mais les policiers, à moto, se  sont lancés à sa poursuite.

« Lorsque j’ai refusé de m’arrêter, raconte-t-elle, la police m’a poursuivie et moi aussi je fuyais. Ils m’ont poursuivie jusque je suis venue rentrer dans des six mètres avec ma voiture. Ils m’ont pourchassée jusqu’au niveau de la zone non lotie. Après cette course poursuite, j’ai vu deux jeunes qui étaient derrière la police lorsqu’elle me pourchassait ».

Adjaratou Diessongo  a décidé alors de s’arrêter. Les agents de police l’ont sommée de sortir du véhicule. « Il y a un d’entre eux qui m’a dit de me mettre à genoux. Il m’a dit de mettre les mains sur la tête, j’ai obéi. Mais son collègue qui était avec lui a dit « non ». Et il m’a dit de me lever et de rentrer dans le véhicule et de leur donner les papiers du véhicule ».

Après le contrôle, l’un d’eux a décidé de rentrer dans le véhicule avec Adjaratou Diessongo. C’est à ce niveau que les choses vont se gâter, explique-t-elle, car les jeunes qui accompagnaient les policiers ont commencé à l’accuser de vol  d’enfants, en voyant le siège enfant dans le véhicule. Une course-poursuite s’est engagée jusqu’au fameux tricolore où les choses ont dégénéré. 

« Les mêmes jeunes sont venues me faire sortir, commencer à déchirer mes habits, arracher mes cheveux, commencer à me taper partout en disant que j’ai volé un enfant« , a déclaré Adja Divine.

Dans son démenti, l’artiste en a appelé à la responsabilité de la police et aussi des citoyens à qui elle a demandé de vérifier la véracité des faits avant d’agir. 

Burkina24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page