Goré : La chefferie traditionnelle au cœur du FESTRAG 2017

447 0

L’association Bayir Koamba a organisé du 26 au 28 mai 2017 la 4e édition du Festival des sonorités traditionnelles de Goré (FESTRAG).

En Afrique,  plus précisément au Burkina Faso, la chefferie traditionnelle joue un rôle très important, notamment dans la gestion des conflits. On a en mémoire le rôle des coutumiers dans la gestion de la transition politique en 2015 et du putsch manqué.

C’est dans ce cadre que le Festival des sonorités traditionnelles de Goré (FESTRAG), organisé par l’association Bayir Koamba, s’est tenu à Goré. Cette localité située à environ 230 kilomètres de Ouagadougou dans la commune rurale de Manni dans la région de l’Est, du 26 au 28 mai 2017, a abrité la manifestation sous le thème « rôle de la chefferie traditionnelle et coutumière dans la quête d’une paix durable au Burkina Faso ».

La photo de famille

Il s’agit d’un festival pour valoriser le patrimoine culturel burkinabè. Parlant du thème, le président de l’association Bayir Koamba et promoteur du FESTRAG, Diambendy Sawadogo, a fait comprendre que «nous avons fait le tour de la chefferie traditionnelle au niveau national, en passant chez le roi à Fada, celui de Ouahigouya, de Bousma, le roi de Tenkodogo et  chez le Mogho Naaba ».

Pour lui, il fallait aller à la source pour comprendre et voir comment canaliser les débats sur le sujet. Il précise que le domaine de la chefferie traditionnelle est très sensible.

Le Colonel Ousmane Traoré, Gouverneur de la Région de l’Est, a affirmé que le thème de cette année interpelle tout le moonde. Il ajoute que « l’administration a toujours considéré la chefferie traditionnelle comme un partenaire ».  

Diambendy Sawadogo, promoteur du FESTRAG

« Nous avons été émerveillé par l’expression culturelle que nous avons vu et touché par la présence de pratiquement tous les chefs traditionnels de la zone », a-t-il fait savoir. Un panel sur le thème, un match de football entre parents à plaisanterie, des prestations d’artistes traditionnels, des sketchs sont, entre autres, les activités qui ont meublé cette 4e édition du FESTRAG.

Lors de la cérémonie de clôture ce dimanche 28 mai à Goré, 24 personnes composées des autorités administratives, coutumières et traditionnelles, ont été désignées ambassadeurs de la culture de l’association Bayir Koamba. Diambendy Sawadogo a expliqué que « nous avons désigné des personnalités qui sont capables de porter nos messages et de lutter pour la cause de notre association».

En rappel, le FESTRAG existe depuis 2014 et se veut un cadre pour la professionnalisation des artistes traditionnels locaux. Pour cette édition Diambendy Sawadogo a révélé que le budget a été évalué à plus de 6 millions de F CFA.

Jules César KABORE

Burkina24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre