Violences au Burkina : L’ADF/RDA indexe « le silence coupable » des autorités

483 0

Le Secrétariat exécutif national (SEN) de l’Alliance pour la démocratie et la fédération/Rassemblement démocratique africain (ADF/RDA) a tenu une réunion le 28 mai 2017. Au cours de cette rencontre, le parti a abordé la vie nationale, en l’occurrence les derniers évènements  marqués par des actes de violence. Dans l’extrait du compte rendu de cette rencontre parvenu à Burkina24, le parti de l’éléphant appelle à  faire barrage à la division et interpelle les dirigeants sur leurs responsabilités.

« Abordant les affrontements meurtriers intervenus entre les populations et les groupes dits d’autodéfenses appelés « Koglweogo » dans la province du Sanguié, faisant des pertes en vies humaines ; et l’agression gratuite de l’artiste musicienne Adjaratou DIESSONGON dite Adja divine, le SEN a marqué toute son indignation face à de telles dérives préjudiciables à la cohésion nationale et à l’image de notre pays.

 Le SEN manifeste sa solidarité totale avec les victimes car rien, absolument rien, ne peut justifier de tels comportements dans un état de droit.

 Il constate malheureusement que si rien n’est fait, le Burkina court inexorablement vers la décadence. Le SEN rappelle sa position constante qui est qu’en toute circonstance force doit rester à la loi. Il condamne toute forme de Justice privée et de violences exercées sur des citoyens. Il dénonce en outre et avec la dernière énergie le silence coupable, voire l’indifférence notoire des autorités face aux actes de violences à répétitions dont sont victimes les populations.

Pire à l’analyse, ces évènements ne constituent qu’à petite échelle, une mise en exergue d’une précarité généralisée de la situation que vit chaque Burkinabè et la conséquence de l’introduction dans notre pays de la violence en politique comme mode d’expression.

Il lance un appel au Président du Faso à respecter son serment et à assumer son rôle de garant de l’unité nationale et de protecteur du citoyen.

 Le SEN rappelle que tous ces faits ne sont que la partie visible du malaise que vivent les Burkinabè et insiste sur la nécessité d’un véritable processus de réconciliation nationale basé sur le tryptique : Vérités-Justice et réconciliation nationale avant qu’il ne soit tard.

Restant convaincu qu’une Nation divisée ne peut prospérer, le SEN appelle l’ensemble des Burkinabè à toujours privilégier la tolérance, l’écoute et le dialogue et à travailler main dans la main pour la construction de ce beau pays. (…) ». 

Ouagadougou le 28 mai 2017

Pour le Secrétariat Exécutif National,

Le Secrétaire National en charge de la

Communication des postes et TIC

David TAPSOBA



B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *