Ciné droit libre : La radicalisation et l’extrémisme violent au cœur des échanges

436 0

Contexte sécuritaire oblige, le festival ciné droit libre s’est tenue dans les différentes villes de la sous-région sur le même thème à savoir « Le droit de vivre, luttons contre l’extrémisme violent ». Après le Burkina Faso, le Mali et le Sénégal, c’était au tour des acteurs d’échanger ce 27 mai 2017 à la Maison de presse de Niamey sur les actions à mener pour éradiquer le phénomène.

« Face à l’extrémisme violent identitaire, quelle synergie des acteurs pour l’éradication de la violence », est le thème autour duquel les échanges ont été axés.

La question de la radicalisation au Niger est complexe et trop sensible, laisse entendre Maimou Wali, experte en prévention de la radicalisation violente des jeunes.

Cependant, elle se réserve de faire le lien direct entre la radicalisation et l’extrémisme violent  parce que, dit-elle «la radicalisation c’est une position  qu’un individu peut adopter par rapport à son idéologie, à ses croyances, à sa position politique alors que l’extrémisme violent est une position où on ne fait place qu’à la violence ».

Néanmoins, le phénomène est à prendre en considération au regard de certains comportements.

« Quand on voit les comportements des individus, il y a de cela 15 à 20 ans, les Nigériens ont trop changé par rapport à leur comportement, à leur façon de voir les choses. Les gens ont tendance à avoir une pratique très rigoureuse de la religion, l’islam», explique-t-elle.

Elle poursuit en disant : « je suis musulmane pratiquante mais quand on regarde, on a ce besoin  d’analyser de voir qu’est-ce qui se passe par rapport à notre façon de pratiquer notre religion au risque de ne pas basculer dans la radicalisation ».

Le Niger est à plus de 80% musulman et le musulman selon elle, a cette faiblesse d’être analphabète du  livre saint, le coran. « Nous ne comprenons pas l’arabe et l’enseignement au sein des écoles coraniques n’a pas forcement vocation d’apprendre l’arabe, on apprend aux enfants la lecture et la mémorisation du coran sans pour autant comprendre ce qu’on lit et récite », a-t-elle déploré.

C’est en ce sens que l’Etat nigérien s’est donc engagé aux dires de l’experte à adopter pour toutes les écoles (60 000), un nouveau programme d’outils pédagogiques. Au sein des écoles coraniques est introduite  une alphabétisation adaptée à leur contexte pour leur ouvrir le champ de la culture des valeurs de paix, de non-violence, de la citoyenneté et de la démocratie afin de les préserver de basculer dans le radicalisme.

Plus loin, elle reconnait que ce phénomène d’extrémisme violent gagne du terrain au Niger. Par conséquent une étude en cours devrait renseigner sur les facteurs de vulnérabilité mais également les capacités de résilience des communautés face à l’extrémisme violent. Cette étude va concerner aussi bien le Niger que le Burkina Faso et le Mali.

Le deuxième communicateur, Nouhour Arzika, farouche acteur de la société civile au Niger et président du mouvement patriote pour une citoyenneté responsable (MPCR)  a quant à lui étayé son public sur plusieurs facteurs à l’origine de l’extrémisme violent. Pour lui, le problème est d’ordre politique, social, économique, religieux. Il va plus loin en indexant les  grandes puissances qui sont des groupes d’intérêt qui alimentent ces crises en Afrique.

Cette première édition de Ciné droit libre à Niamey a été saluée par les uns et les autres car elle aura eu le mérite d’avoir créé un cadre d’échanges, d’information sur un sujet d’actualité. Cependant, il a été fait cas pour les éditions prochaines d’élargir le cadre à plus d’acteurs et impliquer les premières autorités.

Revelyn SOME

Burkina 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre