Le Tocsin félicite le Gouvernement et le Parlement pour l’adoption de la Carte d’Identité Biométrique de la CEDEAO

Dans cette déclaration, l’Association Le Toscin su l’adoption de la cate biométrique de la CEDEAO.

Préoccupé par la question de la libre circulation des personnes et des biens, le TOCSIN avait jugé quelque peu anachronique que plutôt que d’adopter la carte d’identité biométrique de la C.E.D.E.A.O., le gouvernement ait décidé de commander un stock supplémentaire de teslins. En effet, le TOCSIN s’était inquiété lorsque le Conseil des Ministres du 23 mars 2016 instruisait «  les ministres en charge du dossier de prendre des mesures nécessaires pour l’acquisition d’un stock conséquent de teslins (matière première utilisée dans la fabrication de la Carte Nationale d’Identité Burkinabè) en vue de couvrir convenablement les besoins en C.N.I.B. ».

C’est donc avec un grand soulagement que nous avons constaté que le Conseil des Ministres du jeudi 26 janvier 2017 a décidé du principe de l’adoption par l’Etat du Burkina Faso de la carte d’identité biométrique de la C.E.D.E.A.O.Le lundi 10 avril 2017, en séance plénière, les députés ont adopté la loi portant carte d’identité biométrique de la C.E.D.E.A.O. Nous félicitons le Gouvernement et l’Assemblée Nationale pour cette décision qui augure de plus de quiétude pour les nombreux Burkinabè de la diaspora vivant dans l’espace communautaire de la C.E.D.E.A.O. et les nombreux Burkinabè susceptibles de voyager dans cet espace. Le pays à forte diaspora qu’est le Burkina Faso ne pouvait rester à la traine, surtout après avoir été devancé par le Sénégal, le Mali et la Guinée.

Décidé par le sommet des Chefs d’Etat de la C.E.D.E.A.O. du 10 juillet 2014 à Accra, et lancée en janvier 2016, ce document communautaire d’identité remplacera les cartes nationales d’identité. Il facilitera la libre circulation des ressortissants des pays membres dans tout l’espace communautaire, contribuera à supprimer, sinon réduire les rackets et les discriminations entre les nationaux et les non nationaux sur les routes et dans les postes frontaliers. Par sa nature biométrique, ce document facilitera la lutte contre la délinquance transfrontalière, le terrorisme, etc.

Cependant, des précautions doivent être prises pour éviter, sinon, limiter les écueils liés àl’adoption de la carte d’identité biométrique de la C.E.D.E.A.O. Pour cela, il s’agira de :

– sensibiliser les populations sur les avantages qu’elles tireraient de ce document communautaire d’identité,

– sensibiliser les populations sur la période de cohabitation de la carte nationale d’identité burkinabè et de la carte d’identité biométrique de la C.E.D.E.A.O.,

– lever les obstacles financiers susceptibles de freiner l’adhésion rapide des populations à ce nouveau document d’identité,

–  prendre des mesures incitatives pour amener tous les autres pays à adopter ledit document.

Tous pour le Combat de la Solidarité et de l’Intégration

Ouagadougou le 17 mai 2017

Pour le Bureau Exécutif, le Président

Arouna SAVADOGO

Commandeur de l’ordre du Mérite



B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page