Chroniques de Ramadan : Ramadan, un effort contre l’orgueil


Chaque jour, pendant le mois de Ramadan, l’imam Alidou Ilboudo développe un aspect important à savoir sur le jeûne musulman.


 

 

Allah dit : « Toutes les œuvres du fils d’Adam lui reviennent, sauf le jeûne. Le jeûne est pour moi et c’est à moi qu’il incombe de le rétribuer » Hadith quoudsi.

A travers ce propos, on perçoit que le jeûne est un acte du cœur et nul n’a accès au cœur, sinon Allah.

Le jeûne est un entrainement à la sincérité ; quand on jeûne, on le fait pour Allah et seul Allah peut attester de la  sincérité. Un fidèle peut enfreindre aux règles du jeûne et continuer à l’insu de tout le monde. Lui seul et Allah savent qu’il n’est pas en jeûne. Et le croyant a besoin de pouvoir cultiver sa sincérité.

Cela n’est pas souvent compris dès lors que le fidèle commence lui-même à faire étalage du fait qu’il a jeûné. Tout se passe comme s’il le fait pour les hommes !

Le problème de l’orgueil dans le jeûne ne s’arrête pas seulement au commun des musulmans. Il arrive même à l’instruit de tomber dans cela. Quand Allah dit que le jeûne a été prescrit aux communautés précédant les musulmans, on refuse de comprendre que la manière de jeûner pouvait être différente, comme l’était la prière. Alors on se met à comparer le jeûne des autres au nôtre : « seuls nous musulmans jeûnons car, quand les autres jeûnent ils boivent et mangent un peu, alors que nous ne mangeons pas et nous ne buvons pas. ». On sait pourtant que la loi religieuse évolue et diffère suivant les époques et les prophètes.

Ensuite les uns et les autres sont contents et fiers quand ils ont jeûné et que les autres ne l’ont pas fait. J’étais étonné au soir du lundi 6 juin dernier (c’est une chronique qui date de 2016, NDLR) des frères que je respecte qui jubilaient parce qu’ils ont jeûné et se demandaient comment les autres vont s’expliquer avec Allah !

J’ai conseillé à un d’eux de demander pardon à Allah pour son frère qu’il pense fautif au lieu de s’en moquer. Cela m’a rappelé la parabole des deux amis qui s’entraidaient dans l’adoration. Il vint un moment où l’un faiblit et son frère resté pieux l’abandonna, en jurant qu’Allah ne lui pardonnerait pas. Au jour dernier,  Allah pardonna au fautif et reprocha à l’autre d’avoir abandonné son frère. L’orgueil et la fierté ne devraient pas avoir de place dans l’adoration et surtout  pas dans le jeûne.

Enfin la rupture et la prière deviennent des événements à part entière qui tranchent avec la sérénité du jeûne. Le moment de la rupture devient un temps où on raconte ses exploits de la journée : le travail dur qu’on a fait, les patrons difficiles qu’on a affrontés…

Le matin,  après la prière on prend un temps à la mosquée pour dire dans quelle mosquée on a prié et combien de temps on est resté dans la prière !

Les exemples sur les tentations à l’orgueil et à la fierté en temps de jeûne sont légion et il est impérieux que les fidèles en prennent conscience et qu’on se corrige car les textes sur la vanité et l’ostentation font froid dans le dos.

Juste quelques-uns :

1-Abdullah Ibn Mas’ud rapporte que le Messager d’Allah (SAW) dit : »Quiconque a un atome d’orgueil dans le cœur n’entrera pas au Paradis » Un homme demanda : « Qu’en est-il d’un homme qui aime porter des beaux habits et de belles chaussures ? »Il répondit : « Allah est beau et aime la beauté. L’orgueil est de rejeter la vérité et de mépriser les autres «rapporté par Muslim dans Son Sahih (1/65)

2-« Il est suffisant comme mal de dédaigner son frère musulman “Rapporté par Muslim( 2564)

3-le messager de Dieu(SAW) a dit : les premiers condamnés le Jour de la Résurrection sont : un homme tombé martyr, puis, lorsqu’il comparait, Dieu lui dénombre ses bienfaits qu’il reconnaît aussitôt. « Et qu’en as-tu fait ? » — « J’ai combattu pour toi jusqu’au martyre ! » — « Mensonge !, lui répond-il. Tu as plutôt combattu afin que soit dit : ’Qu’il est brave !’. Et ce fut le cas. » Sur un ordre, l’homme sera traîné sur le visage vers le feu où il sera jeté.

Ensuite, un homme qui a acquis le savoir, l’a enseigné à autrui et a psalmodié le Coran. Puis, lorsqu’il comparait, Dieu lui dénombre ses bienfaits qu’il reconnaît aussitôt. « Et qu’en as-tu fait ? » — « J’ai appris la science et l’ai enseignée et j’ai psalmodié, pour Toi, le Coran ! » — « Mensonge !, lui répondit-Il. Tu as plutôt appris pour que l’on dise : ’C’est un savant !’ Et tu as psalmodié le Coran afin que soit dit : ’C’est un connaisseur !’ Et ce fut le cas. » Sur un ordre, l’homme sera traîné sur le visage vers le Feu où il sera jeté.

Enfin, un homme a qui Dieu a gratifié d’une variété de biens. Puis, lorsqu’il comparait, Dieu lui dénombre Ses bienfaits qu’il reconnaît aussitôt. « Et qu’en as-tu fait ? » — « Je n’ai laissé de voie où Tu aimes nous voir dépenser sans y dépenser, pour Toi ! » — « Mensonge ! lui répond-Il. Tu as plutôt dépensé afin que soit dit : ’Qu’il est généreux !’ Et ce fut le cas. » Sur un ordre, l’homme sera traîné sur le visage vers le Feu où il sera jeté. »

Ces hadiths seuls devraient suffire à nous ramener dans la voie du juste milieu et de la modération et nous éloigner de l’orgueil et de l’ostentation. Qu’Allah nous assiste.



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page