Deux hélicoptères pour l’Armée de l’air burkinabè

954 0

La République de Chine Taïwan a offert deux hélicoptères « UH-1H » à l’Armée de l’air burkinabè. Une cérémonie de remise de ces aéronefs a eu lieu ce mardi 6 juin 2017 à la Base aérienne 511 à Ouagadougou, en présence d’autorités, hiérarchies militaires burkinabè et chinoises et d’Ambassadeurs notamment des Etats-Unis et de la France.

Le Général Wang Hsin-Lung, Chef d’Etat-major de l’armée de terre des Forces armées chinoises, séjourne du 4 au 7 juin 2017 dans la capitale burkinabè. Cette visite rentre dans le cadre de la coopération militaire entre les deux Etats.

Ce 6 juin 2017, le Général Wang a remis officiellement deux hélicos au ministre burkinabè de la défense, Jean-Claude Bouda, pour renforcer les capacités de l’Armée de l’air afin qu’elle puisse assurer décemment les missions de maintien de la paix, de sécurité ou de sauvetage.

« Le Burkina Faso est l’une des relations amies des plus solides que nous avons en Afrique, et cela à partir de 1994 jusqu’à nos jours avec des rapports d’ordre militaire que nous entretenons sur des bases amicales et de coopération. C’est dans cette optique et aussi étant très honoré que je représente le ministère de la défense de Taïwan pour assister à cette remise officielle de deux hélicoptères UH-1H », a indiqué le Chef d’Etat-major de l’armée de terre des Forces armées chinoises.

Un coût global estimé à environ 4 milliards de FCFA…

Les deux engins, selon lui, ont traversé en mai 2017 presque la moitié du globe terrestre pour se retrouver au « Pays des Hommes intègres ». Les hélicos ont été assemblés sur place à Ouagadougou avec l’aide d’une équipe d’experts chinois. Des modules d’instruction sur la maintenance et des matériels de communication avec le centre de maintenance de Taïwan ont été mis à la disposition de l’équipe de l’Armée burkinabè.

D’un coût global estimé à 8 millions de dollars US (environ 4 milliards de FCFA), ces aéronefs sont de fabrication américaine, en mesure de prendre chacun 3 mitrailleuses miniguns de 7,62 mm, 14 hommes ou 6 civières. Chaque hélicoptère supporte un poids de 1.760 kg de matériels ou 2.200 kg sous élingue. Avec une vitesse maximale de 230 km/h, ces engins volants ont une autonomie de plus de 2 heures de temps.

Le ministre de la défense, Jean-Claude Bouda, a rappelé que dans cette coopération fructueuse au niveau politique, économique et social entre les deux Etats, le volet militaire n’est pas en reste. Plusieurs chantiers ont été réalisés. Mais d’autres projets sont programmés pour 2017 et 2018.

Il s’agit de la construction d’un champ de tir à Kamboinsé, la réalisation d’un simulateur de tir à Bobo-Dioulasso, la livraison de 750 gilets pare-balles avec casques balistiques et la réalisation d’une piscine olympique pour l’entrainement des militaires.

Noufou KINDO

Burkina 24

Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *