Chroniques de Ramadan : Réapprendre l’aumône

180 0

Chaque jour, pendant le mois de Ramadan, l’imam Alidou Ilboudo développe un aspect important à savoir sur le jeûne musulman.


Le mois de ramadan est connu pour sa solidarité. Et cette année alhamdoulillah, les musulmans du Burkina Faso ne font pas dans la dentelle. La fédération et à sa suite d’autres associations s’organisent pour subvenir aux besoins des fidèles dans les mosquées et les quartiers, et au-delà affirmer leur présence sociale en tant que citoyens.

L’aumône ou la charité occupe une place importante en islam de par le fait qu’elle resserre les rangs des fidèles et rattache les musulmans aux autres hommes. La philosophie de l’aumône est que les biens appartiennent à Allah et que les hommes n’en sont que les dépositaires. L’homme doit gérer et rendre compte. L’homme aisé n’a acquis les biens que de par son interaction avec les autres hommes : c’est pourquoi c’est un devoir pour lui de redistribuer à travers son action dans la société, que cela soit du commerce, son entretien de la famille, mais aussi sa compassion en aidant les démunis.

Ramadan est venu nous rappeler non seulement l’importance de l’aumône mais aussi son utilité pratique : soulager, combler le manque à une personne besogneuse. Ainsi donc, on apporte de quoi rompre au jeûneur comme on pourrait compléter les frais de transport à un voyageur ou solder l’ordonnance d’un malade. Il est vrai que sous nos contrées, il y a des professionnels de l’escroquerie qui savent bien simuler le voyageur en détresse et le malade à court de moyens mais cela ne doit pas décourager les bienfaiteurs.

Mon propos est de nous entendre sur le mode opératoire de la charité, qu’elle soit purement volontaire ou conseillée par un « savant », ce qui doit nous guider, c’est quelle est l’utilité et en quoi cela sert-il le genre humain ? Quel problème pratique cela résout-il ?

Répondre à ces questions nous permet de rendre efficace nos « sadaqats », nos aumônes. Ensuite de les organiser. C’est le cas des cérémonies pompeuses, festives et onéreuses que l’on fait à l’occasion d’événements heureux ou malheureux : mort d’un proche ou retour du hadj. En quoi cela profite-t-il vraiment ? Mais si pour le repos de l’âme d’une mère ou d’un père, un fils offrait des vivres aux familles démunies de son entourage ou si à l’occasion d’un retour de la Mecque le nouveau Elhajj donnait des nattes à la mosquée, personne ne trouverait à redire.

Il faudrait que les fidèles soient orientés quand ils veulent faire l’aumône. Les mosquées peuvent disposer de caisses de solidarité où les fidèles déposent des offrandes tout en disant pourquoi et on fait les invocations : ces aumônes peuvent être redistribuées aux nécessiteux. Il y a tellement de cérémonies quotidiennes, hebdomadaires, mensuelles ou annuelles que cette caisse sera toujours pourvue. Mais il faudrait que les fidèles le sachent et que la gestion soit aussi saine. Les ruptures en ramadan nous donnent la preuve que c’est faisable. Et pour que cela ne s’arrête pas en ramadan, les initiatives doivent être discutées. En ce domaine, nous avons beaucoup à apprendre et à prendre d’autres personnes, même si on ne les aime pas et qu’on pense qu’on a une foi meilleure à elles. Suivez mon regard.

La solidarité ne consiste pas non plus à seulement résoudre le problème ponctuel de nourriture; c’est tout un processus à penser et à construire, surtout sous nos latitudes où les pays sont à faibles ressources et où l’urbanisation a fini de détruire les assises traditionnelles de la solidarité.

Parfois, c’est en regardant la petitesse du don qu’on se décourage et qu’on abandonne : on doit regarder la grandeur du geste et la noblesse de l’intention. Les grandes montagnes sont faites de petites roches. On ne doit pas tout attendre de l’autre ; quand on te frotte le dos, dit-on, lave-toi le visage, toi aussi.

Je termine en disant ceci : si la charité est ce qui profite et qui résout le problème de quelqu’un , alors à quoi servent les sacrifices sur les carrefours, les fourmilières et autres ? C’est la preuve que cela ne fait pas partie de l’islam

Quelques versets et hadiths sur l’aumône

« […] Ils t’interrogent également sur ce qu’ils doivent dépenser en aumône, dis-leur : « Selon vos moyens !» Tels sont les enseignements qu’Allah vous donne pour vous amener à réfléchir, sur la vie présente et sur la vie future. Quant aux orphelins, tu diras à ceux qui t’interrogent à leur sujet : «Améliorer leur condition est une bonne œuvre. Si vous les fréquentez, traitez-les en frères ! » Allah sait qui fait le mal et qui fait le bien. Et si Allah l’avait voulu, Il aurait rendu votre tâche plus difficile à supporter, car Il est Puissant et Sage. » Sourate 2, la vache (al-Baqara), versets 219 et 220

« Ceux qui dépensent leurs biens dans le sentier d’Allah ressemblent à un grain d’où naissent sept épis, à cent grains l’épi. Car Allah multiplie la récompense à qui Il veut et la grâce d’Allah est immense, et Il est Omniscient. » Sourate 2, la vache (al-Baqara), verset 261 :

-Jabar (qu’Allah l’agrée) rapporte : « Jamais on n’a demandé quelque chose au Messager d’Allah (S.A.W. ) et qu’il ait dit « non ». » (Unanimement reconnu authentique)

-Selon Abû Hurayra (qu’Allah l’agrée), le Messager d’Allah (S.A.W ) a dit : « Au matin de chaque nouvelle journée deux Anges descendent du ciel. L’un d’entre eux dit : « Seigneur Dieu ! Donne à toute personne qui dépense (dans les œuvres de bien) la compensation de ce qu’elle dépense ». Et l’autre dit : « Seigneur Dieu ! Donne à tout avare un fléau pour l’emporter ou emporter ses biens. » (Unanimement reconnu authentique)

-Selon Abû Hurayra (qu’Allah l’agrée), le Messager d’Allah ( S.A.VW) a dit : « Ô fils d’Adam ! Dépense (pour les autres) et on dépensera pour toi. » (Unanimement reconnu authentique)


Participez à offrir un repas à travers «  Ramadan avec les démunis » au Centre Culturel Islamique du Burkina(CCIB), orangemoney 76926217 et mobicash 72959511


Photo Une : Sudonline

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre

AVIS A MANIFESTATION D’INTERET

Posté par - 17 septembre 2019 0
N°2019-         /MENAPLN/SG/DMP du 16 septembre 2019 Financement : BID RECRUTEMENT D’UNE ORGANISATION NON GOUVERNEMENTALE (ONG NATIONALE/ ONG INTERNATIONALE/FONDATION/ORGANISATION MULTILATERALE) A…