Chroniques de Ramadan : Appel au bon comportement et halte à l’incivisme

998 0

Chaque jour, pendant le mois de Ramadan, l’imam Alidou Ilboudo développe un aspect important à savoir sur le jeûne musulman.


Ramadan est comme nous l’avons vu l’école des vertus individuelles et collectives, le créneau pour apprendre le bon comportement. Et toute la religion est bon comportement. Le messager résumait l’objet de sa venue de cette façon : « j’ai été envoyé pour parfaire le bon comportement ». Fait partie du bon comportement le sens civique, c’est-à-dire la bonne tenue en société en respectant les hommes et les lois.

Et le mauvais comportement est ce qui dérange la société. C’est pourquoi, en islam, le bon comportement, l’acceptable est appelé « al ma’rouf » : ce qui est unanimement reconnu comme bien. Ce n’est pas forcément ce qui est dans le coran ou le hadith, mais tout ce que la raison humaine célèbre ou tout ce que la société vénère en matière de bien, de juste. C’est dans ce sens que le prophète nous dit que la sagesse ou le bien est l’objet perdu du croyant qu’il récupère là où il le trouve.

Ce n’est pas un secret pour personne que notre pays traverse une crise d’incivisme et qu’il faut agir, saisir l’opportunité du ramadan pour sensibiliser.

L’incivisme devient chaque jour de plus en plus grandissant dans nos villes et campagnes. Les cas de destruction de biens privés et publics, l’atteinte à l’intégrité physique et morale de citoyens et le non-respect des symboles de la république et de ses représentants sont devenus légions. Cela est le fait de citoyens mécontents de la gestion politique ou administrative ou simplement d’individus mal intentionnés.

La crise politique née de la volonté de l’ancien pouvoir de manipuler la constitution a eu pour effet de choc l’insurrection d’octobre 2014. Depuis cette date l’Etat peine à restaurer son autorité de façon effective. Tout se passe comme si les Burkinabés n’ont plus d’autres repères que la rue, les casses, l’insoumission à l’autorité publique, toutes choses, qui, ajoutées aux conditions sécuritaires que nous vivons du fait du terrorisme, compromettent le développement de notre nation.

Nous devons lutter contre ce phénomène de l’incivisme grandissant en agissant de manière forte et concertée afin de créer un mouvement de mobilisation de la société en vue de permettre à toutes les citoyennes et à tous les citoyens de grandir et de vivre dans un milieu sain et sécurisé et d’offrir au pays de meilleures chances de relance.

Dans ce mouvement de perte de repère généralisé la jeunesse et particulièrement celle scolarisée apparait comme une cible très fragile, sensible à tous les discours et manipulable à volonté. C’est pourquoi des actes graves d’insoumission, de désobéissance et même de violence ont été relevés dans plusieurs écoles.

Il est important que des actes forts soient posés afin de contrer ces dérives et réorienter les jeunes scolaires sur le chemin de la discipline.

J’ai donc été agréablement surpris quand l’imam de notre mosquée a abordé le thème de l’incivisme hier nuit après la prière, demandant aux parents de s’impliquer pour que cesse le phénomène.

Le ramadan rassemble plusieurs fois dans la journée des milliers de fidèles soit pour écouter les commentaires du coran ou pour les prières ; toutes ces occasions peuvent être exploitées pour conscientiser les uns et les autres. L’objet de l’enseignement religieux est de nous rendre meilleurs. Le rôle des leaders religieux est de promouvoir le bien et de combattre le mal. Il ne s’agit pas d’être l’opium du peuple et empêcher les populations de manifester quand c’est juste mais il s’agit de mener un leadership efficace qui opère des conduites responsables chez tout le monde, chez le dirigeant comme chez l’administré.

Le temps est arrivé que les imams disent comme le prophète : «Que celui qui croit en Allah et au jour dernier, qu’il dise du bien ou qu’il se taise » Boukhâry et Muslim. Ce sont bien les paroles des uns qui induisent les actes des autres. Et quel moment est encore mieux indiqué que le ramadan où la quasi-totalité des musulmans vont à la mosquée et que chacun est enclin au changement positif. Et quand on se dit qu’on a tous un ami d’autre confession à qui on va transmettre le message, l’effet-domino est hautement appréciable. Et quand on connait aussi l’obéissance qui est due à certaines autorités religieuses de la part de leurs fidèles, on peut comprendre l’efficacité de ma proposition.

Du reste, c’est de mon point un devoir pour chaque responsable et une recommandation pout tout fidèle musulman car Allah, exalté soit-Il, a décrit parmi les caractéristiques des croyants le fait de réprouver le mal et d’ordonner le bien. Allah le Très-Haut dit : « Les croyants et les croyantes sont alliés les uns des autres. Ils commandent le convenable, interdisent le blâmable » (coran)

Et encore :« Que soit issue de vous une communauté qui appelle au bien, ordonne le convenable, et interdit le blâmable. » (coran)

Et encore :« Vous êtes la meilleure communauté qu’on ait fait surgir pour les hommes : vous ordonnez le convenable, interdisez le blâmable… » (coran)

Les versets concernant la recommandation du bien et l’interdiction du mal sont très nombreux, en raison du caractère extrêmement important que cela revêt et du grand besoin que les hommes en ont.

Le Prophète, prière et salut d’Allah sur lui, a dit dans le hadith authentique : « Si l’un de vous voit un mal, qu’il le change avec sa main. S’il ne le peut pas, qu’il le change avec sa langue. S’il ne le peut pas, qu’il le fasse dans son cœur… et ceci est le plus bas degré de la foi. » (hadith)

Les imams et les prédicateurs peuvent ne pas avoir l’autorité pour empêcher le mal avec leurs mains (par la force) mais ils sont des hommes de parole très écoutés.

Aswad ibn Açram dit un jour: O Prophète d’ Allah! Donne-moi un conseil.

Le messager lui dit : abstiens-toi de faire du mal avec tes mains.

-Rien ne m’est plus simple à observer que ceci.

-Abstiens-toi de faire du mal avec ta langue.

– Rien ne m’est plus simple à observer que ceci.

Le prophète lui dit alors: n’utilise tes mains que dans le bien et ne parle que pour dire du bien.

Il est de notre devoir de contribuer à ce que le peu qu’on a ne se détériore pas non plus.

Le présent appel se veut un complément aux mesures déjà mises en place par l’Etat et les autres acteurs en déployant de nouvelles actions pour bâtir une société tolérante et respectueuse, une société pour tous les âges, qui prend soin de ses membres en situation de vulnérabilité, une société ouverte à la différence et riche de sa diversité, une société qui veut avancer.

Bonne suite de ramadan à tous !

_________________________________________________________________ Participez à offrir un repas à travers «  Ramadan avec les démunis » au Centre Culturel Islamique du Burkina(CCIB), orangemoney 76926217 et mobicash 72959511



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *