La Côte d’Ivoire vient d’acquérir deux hélicoptères MI 24 “pour sa défense”

875 0

Le Ministre ivoirien de la Communication et des NTIC et porte-parole du gouvernement, Bruno N. Koné, a annoncé ce mercredi 7 juin l’acquisition de deux hélicoptères de type MI 24. Selon lui, son pays “s’organise pour sa sécurité” dans un contexte marqué par le terrorisme galopant.

Le Ministre ivoirien de la Communication et des NTIC et porte-parole du gouvernement, au cours du traditionnel point de presse au terme du Conseil des ministres, a insisté sur le fait que l’achat de ces hélicoptères n’est pas destiné à une cible sur le territoire ivoirien.

“En général, ce type d‘équipements sert à sécuriser les frontières et affronter le cas échéant des attaques”, a-t-il indiqué faisant référence à la menace terroriste qui n’épargne plus aucun pays et que la Côte d’Ivoire a d’ailleurs expérimenté le 13 mars 2016.

La Côte d’Ivoire s’était d’ailleurs doté de ce même genre d’appareil en 2004. “Ces équipements (MI 24), malheureusement, avaient été détruits en 2004 dans les circonstances que vous savez. Depuis cela, notre pays s’organise pour sa sécurité, s’organise pour se défendre comme tous les États du monde le font”, a-t-il fait savoir.

Cette acquisition, selon Bruno N. Koné, fait partie intégrante de la loi de programmation militaire initiée en 2016 et qui devrait s’achever en 2020. Cette loi vise à refondre en profondeur l’armée ivoirienne à travers sa modernisation.

Ce mercredi 7 juin, une patrouille de ces engins d’attaque dans le ciel d’Abidjan a nourri les conversations, au regard de la récente actualité dans ce pays marquée par le regain de l’instabilité avec le soulèvement de soldats mutins revendiquant des “primes de sortie de crise” post-électorale 2010-2011.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU                                                                                                                                   Burkina24


N.B : Image d’illustration (Wikipédia)



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *