Burkina # Angola : Un marché parallèle de vente de faux tickets ?

466 0

De faux billets du match Burkina # Angola prévu le samedi 10 juin 2017 au Stade du 4-Août de Ouagadougou circulent sur le marché noir en ce moment. C’est ce sur quoi est tombé un supporter lorsqu’il a tenté d’acheter un ticket d’entrée du match au marché noir après pénurie au niveau des guichets officiels.

Ceci est le vrai billet. Le sticker de la FBF entouré en rouge au dessus du prix, figure en bonne et due forme

Lors de chaque match des Etalons, certains marchandeurs achètent plusieurs lots de tickets aux guichets officiels pour ensuite les vendre plus chers sur le marché.

Mais un supporter a constaté qu’il y a des faux billets qui circulent. Le supporter en question ayant tenté d’acheter un ticket de dix mille francs CFA au guichet a constaté que le stock était épuisé. Il s’est donc rendu sur le marché noir pour s’en acheter à un prix plus élevé bien sûr.

Après achat du ticket, il prend le soin tout de même de se renseigner au guichet. On lui fait savoir que le ticket qu’il tenait était faux. Il y manque le sticker de la Fédération burkinabè de football (FBF) comme le témoignent les deux tickets pris en photos. Selon le supporter, le faux ticket proviendrait d’un agent du ministère des sports.

Pour vérifier cette information, nous entrons en contact avec un agent de ce ministère pour comprendre. « Depuis 2008, on a eu des soupçons de fuite de faux billets. Rappelez-vous du match de 2008 contre le Sénégal qu’on a gagné 1 à 0 avec Saboteur. Il y avait plus de la moitié des gars qui étaient dehors qui n’arrivaient pas à entrer alors qu’ils avaient le ticket », rappelle l’agent du ministère des sports et des loisirs qui parle à son nom propre et non au titre de ce département. Il explique que des mesures ont été prises par le passé pour limiter le phénomène.

« On ne sait pas comment les choses se passent. Mais il n’y a rien de formel. (…) des fois, il se peut que ça arrive. Sous Palm (Jean Pierre, ancien ministre des sports), on partait faire les tickets en Côte d’Ivoire pour les ramener sous scellé. Sous Yac (Yacouba Ouédraogo), la situation s’est atténuée. Ça veut dire qu’il y a un problème. C’est qui ? On ne sait pas. Quand on dit que c’est quelqu’un du ministère c’est facile », soutient cet agent du ministère des sports et des loisirs.

Il relève que c’est un phénomène qui existe partout et notamment dans le milieu du show biz. Quand les tickets sont vendus trois jours avant, les faussaires ont le temps de fabriquer de faux billets et les écouler sur le marché. Pour lui donc, ce n’est pas forcément au ministère des sports qu’il faut chercher les coupables car le phénomène n’est pas nouveau et ne concerne pas le sport uniquement.

Dans le domaine de la culture, on attend souvent le jour du concert pour vendre les billets pour éviter qu’il y ait des fraudes“, explique toujours le cadre du ministère.

Selon des informations non confirmées, la gendarmerie serait en train de mener des enquêtes pour découvrir les coupables.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre