Un hackathon à Ouagadougou pour « inventer les médias de demain »

305 0

Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso, a abrité la troisième édition du Hackachton destiné aux jeunes journalistes, développeurs, innovateurs pour « inventer les médias de demain ». Ce hackaton qui regroupe des jeunes du Burkina Faso et de l’Afrique centrale a débuté le vendredi 9 juin 2017 à l’Institut panafricain d’étude et de recherche sur les médias, l’information et la communication (IPERMIC).

Les jeunes créateurs africains doivent libérer leur génie pour innover pendant leur séjour à l’IPERMIC

C’est parti depuis le vendredi 9 juin 2017 pour la troisième édition du hackathon inventer les médias de demain. Après Yaoundé (Cameroun), Cotonou au Bénin, c’est au tour de Ouagadougou, d’accueillir le hackaton innovation des médias organisé par l’Organisation internationale de la francophonie en partenariat avec l’Institut panafricain d’étude et de recherche sur les médias, l’information et la communication (IPERMIC), de Ouagadougou.

Plus d’une cinquantaine de jeunes venus du Burkina Faso et de pays de l’Afrique centrale prennent part à cette compétition pour encourager l’innovation dans les médias à travers le numérique. Pendant trois jours, ces jeunes bénéficieront d’apport de jeunes mentors qui les encadreront et les guideront à travers leurs projets.

La cérémonie de lancement de cette compétition a eu lieu en présence du ministre de la communication Remis Fulgance Dandjinou qui préside d’ailleurs cette troisième édition.  « Il faut se féliciter de cette initiative qui met des jeunes Burkinabè et Africains en compétition sur un élément important qui sont les mutations que nous avons au niveau des médias », apprécie Remis Fulgance Dandjinou.  Il estime que le contexte aujourd’hui encourage à aller dans ce sens pour ne pas être en retard par rapport aux autres car les enjeux sont énormes.

Un contexte marqué par la consommation numérique

« Ce sont des enjeux de contenus, culturels mais également ce sont des enjeux économiques parce que la révolution à laquelle nous assistons au niveau des médias oblige que nous ayons une plus grande synergie au niveau des médias, (…) une logique d’effectivité  par rapport au cadre de consommation des acteurs », ajoute Remis Fulgance Dandjinou.

 Il constate d’ailleurs que de nos jours,  les acteurs consomment essentiellement numérique. C’est pour cela qu’il pense que les jeunes africains doivent créer des contenus, des applications « pour être en phase avec la nouvelle communication  numérique ».

Emmanuel Adjovi représentant de l’Organisation internationale de la francophonie (OFI) pense qu’une telle initiative comme ce hackathon permet d’encourager l’innovation au sein de la jeunesse francophone. Pour lui, « il s’agit de faire en sorte que les jeunes apprennent à travailler ensemble et à conjuguer leurs efforts pour favoriser la créativité afin d’aboutir à des produits et services innovants dans le domaine des médias ».

Vers la création d’une opinion francophone

Ce hackathon est pour Emmanuel Adjovi, un accompagnement de l’OIF aux pays francophones et africains afin que la jeunesse soit au cœur de l’innovation et contribue au développement des médias.

« Les changements que nous connaissons aujourd’hui ne sont pas achevés puisque l’innovation fonctionne de façon continue et le cycle de l’innovation est de plus en plus réduite. Nous avons besoin d’être alertes, d’inventer les médias de demain à partir d’aujourd’hui », confie Emmanuel Adjovi.

La directrice de l’IPERMIC, Célestine Traoré estime que cette initiative est une opportunité pour les jeunes du Burkina et de l’Afrique francophone. Le ministre du développement de l’économie numérique Hadja Fatouama Ouattara/Sanou estime pour sa part que cette édition va permettre aux jeunes d’apporter leurs pierres à l’édification d’une opinion internationale francophone.

Les trois meilleurs projets innovants seront récompensés par l’OIF pour leur mise en œuvre. Les vainqueurs seront connus le 11 juin 2017 à l’issue des trois jours de formation. Inoussa Maiga, créateur de la Web télé AgriBussness TV a partagé son expérience avec les jeunes compétiteurs.

Boukari OUEDRAOGO

Burkina24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre