« Enfances volées » : Que dit le dernier rapport de Save The Children sur le Burkina ?

525 0

Save The Children a publié, le 1er juin 2017, son premier indice annuel dénommé « Indice de privation de l’enfance » et un Rapport mondial sur les « enfances volées ». Ce rapport révèle qu’un enfant sur quatre dans le monde est privé de son enfance. Et qu’au Burkina Faso, le taux d’enfants déscolarisés (42%) est le plus grand facteur qui empêche les enfants de jouir pleinement de leur enfance. C’est en prélude à la présentation officielle dudit rapport aux autorités et populations burkinabè prévue le 16 juin à Dori que la presse a eu vent de son contenu ce mardi 13 juin 2017 à Ouagadougou.

Au « Pays des Hommes intègres », Save The Children a choisi le 16 juin 2017 marquant la Journée internationale de l’enfance africaine pour présenter le Rapport aux autorités et acteurs qui travaillent à ce que les droits des enfants soient respectés.

Dans le cadre de cet évènement officiel, les responsables de l’organisation internationale ont animé un point de presse ce 13 juin à Ouagadougou. Selon le rapport intitulé « Enfances Volées », au moins 700 millions d’enfants et peut-être d’autres centaines de millions n’ont pas eu la chance d’avoir une enfance complète.

Il est ressorti que malgré des progrès importants en Afrique de l’Ouest et du Centre, les mariages précoces mettent fin à un million d’enfances par an. Les mariages et grossesses précoces ne sont pas les seuls indicateurs.

Présidium lors de la conférence de presse.

D’autres raisons citées dans le document sont liées à la violence, aux conflits en passant par le travail des enfants, la malnutrition, la déscolarisation et autres pratiques néfastes. D’après les résultats du rapport, le pays trottine à la 165e place sur les 172 pays classifiés.

« Ce rapport n’est pas fait pour orner les tiroirs »…

La Norvège, la Slovénie et la Finlande, obtenant de hauts scores, arrivent en tête du classement. Les Etats-Unis occupent la 36e place. Le Niger figure à la dernière place parmi les pays étudiés. « Enfances volées » dépeint un tableau peu reluisant du taux de scolarisation au Burkina.

« Les taux de mariages d’enfants et de déscolarisation tendent à être fortement élevés au Burkina Faso. Plusieurs enfants arrêtent leur enfance trop tôt. Il y a un besoin urgent d’agir », a lancé le Conseiller technique en protection de l’enfant, Daouda Sako.

Indice de privation de l’enfant : Le Burkina classé 165e sur 172 pays.

Save the Children se veut une ONG Internationale qui défend les droits de l’enfant à travers le monde. L’organisation se présente comme « le plus grand mouvement mondial indépendant œuvrant pour les enfants ». Ses responsables n’ont pas manqué de formuler quelques recommandations à l’endroit des dirigeants et du peuple burkinabè.

« Ce rapport n’est pas fait pour orner les tiroirs. Nous demandons aux gouvernants et à leurs partenaires d’apporter quatre garanties clés pour les enfants. Il s’agit d’investir dans les enfants pour atteindre les ODD, encourager l’appui du gouvernement et de tous les acteurs, opérationnaliser la gratuité des soins de santé pour les enfants de moins de cinq ans, et garantir que le gouvernement continue d’investir dans la protection de l’enfant », a avancé la Directrice pays de Save The Children, Emilie Fernandes.

Noufou KINDO

Burkina 24



Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *