Société civile : L’appel de Sayouba Gandema

620 0

Ceci est un message d’un citoyen, Sayouba Gandema, parvenu à Burkina24, et adressé aux militants des organisations de la société civile, en l’occurrence le Réseau Dignité et la Coalition Bori Bana.

J’aimerai vous inviter pour une dernière fois à garder l’esprit de l’amitié qui vous unissait quels que  soient vos différends actuels car nous avons une seule mère qui n’est rien d’autre que le Burkina Faso.

Nous sommes obligés de travailler ensemble pour l’édification du Faso.  Je vous demande pardon : arrêtez de vous moquer de Alexis Bazié car personne sur cette terre ne peut jurer qu’elle ne prendra pas de crédit avec quelqu’un ou bien avec la Banque avant sa mort du fait que SEUL DIEU TOUT-PUISSANT QUI CONNAÎT LE VISIBLE ET L’INVISIBLE.

(…)

Je déteste ceux ou celles qui dévoilent la vie privée de quelqu’un parce qu’ils (ou elles) ont décidé de ne plus travailler avec lui.

J’invite par ailleurs Mme Safiatou Lopez Fafie Zongo (ma Tanti bien aimée que j’ai soutenue avec convictions) et mon jeune frère Desiré  Guinko ( que j’ai soutenu aussi) à appeler leurs militants respectifs à déposer les armes (les plumes d’intoxications, de dénigrements ) pour qu’ensemble, nous puissions transformer le Burkina Faso en une société civique, paisible, responsable, d’entraide, d’amour fraternel et en Dieu où chacun gagnera son pain quotidien.

Vous aviez été des camarades de luttes associatives et il y a de cela un an,  11 jours (02 juin 2016-13 juin 2017). Vous aviez marché ensemble sur le Palais de justice donc ne bafouez pas le lien sacré qui est l’esprit de l’amitié qui vous unissait quels que  soient vos différends actuels car personne ne connaît ce que l’avenir nous réserve.

Les attitudes actuelles de vos militants respectifs ne vous honorent pas ainsi que  ma modeste personne du moment que j’ai collaboré à un moment donné avec vous. Et je ne compte pas briser mes liens d’amitié avec vous à cause de vos querelles politiques…

Quant à mon jeune Tonton Alexis Bazié, je vous demande pardon : ne répliquez pas avec d’autres révélations pour vous venger indirectement. Ne vous rabaissez pas, ne vous ridiculisez pas, ne dévoilez pas vos secrets parce que vous n’êtes plus ensemble. Mais restez humbles, amour, solidaires et Dieu t’élèvera au grade supérieur. Implantez Dieu dans nos cœurs.

J’ai vraiment mal lorsque j’observe les comportements de vous, anciens camarades. Personne n’est « clean » au Burkina Faso ici. D’autres ont critiqué le régime actuel dès leur prise de pouvoir mais ils sont avec eux aujourd’hui. Donc la politique, ce n’est pas la guerre mais plutôt des idéologies et des arrangements…

(…)

Faut-il dévoiler au public les parties intimes de ton ex-copine parce qu’elle t’a quitté pour un autre garçon ? Dieu nous a créés et Il sait pourquoi je ne peux pas être ami fidèle avec toi donc pourquoi me vilipender parce que je t’ai quitté alors que nous sommes des croyants ?

Il faut être un lâche pour dévoiler les secrets d’amitié, d’intimité qui te liaient avec ton ex copain ou copine donc faites la parallèle et arrêtez de vous comporter comme des enfants.

Nous sommes jeunes, adolescents et nous devons taire nos divergences pour faire avancer le Burkina Faso vers une société paisible où chacun gagnera son pain quotidien.

Pour ma petite histoire, je répliquais à ceux qui me ridiculisaient en disant que « je ne suis pas l’auteur de mes écrits ». Mais j’ai compris par la suite que je me ridiculisais davantage en leur répliquant.

Malgré tout, je suis toujours ami avec mes amis virtuels qui me dérangeaient et nous nous appelons souvent au téléphone (…).

Je vous écris ce petit texte pour vous demander pour la dernière fois de taire vos différends personnels et travailler chacun à sa manière pour l’intérêt supérieur de la Nation (…).

Je vous admire tous et toutes et j’ai versé un peu de mes larmes à cause de vos querelles inutiles.

Que Dieu nous guide davantage dans le droit chemin et qu’IL bénisse davantage le Burkina Faso.

Votre petit frère Sayouba Gandema

Depuis la Capitale Économique Obsolète du Burkina Faso qu’il faut penser à mettre à jour



B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *