Ramadan : Mois de l’invocation


Chaque jour, pendant le mois de Ramadan, l’imam Alidou Ilboudo développe un aspect important à savoir sur le jeûne musulman.

Mail : [email protected]


Le ramadan, mois de jeûne et de prière, mois du coran et de la charité, est aussi celui de l’humilité et du recueillement. C’est le mois au cours duquel l’être créé réalise son incapacité totale devant son créateur ; ce faisant, il délaisse tout ce qu’il croyait essentiel, pour le louer, l’invoquer, l’implorer, bref pour mieux se rapprocher de lui. Et sûrement il est entendu de son seigneur.

Allah dit : « Et quand Mes serviteurs t’interrogent sur Moi… alors Je suis tout proche. Je réponds à l’appel de celui qui Me prie quand il Me prie »(Coran 2/186)

Ces paroles divines ont été mentionnées dans les versets qui se rapportent au jeûne dans la sourate Al-Baqara (la vache).

Le but est en effet d’attirer l’attention de la communauté musulmane sur la valeur, l’importance et la spécificité de l’invocation pendant le mois du Ramadan. Le but est aussi de nous enseigner que le jeûne est un moyen, « wassila », d’exaucer nos vœux et d’expier nos péchés.

L’invocation est la sève de l’adoration. Le prophète a dit : « l’adoration, c’est l’invocation. » Adorer Allah, c’est l’invoquer car en invoquant, le serviteur déclare et reconnaît sa servitude, sa soumission, son humilité et son besoin devant son Créateur, Omnipotent, à Lui la Gloire. Par conséquent, l’invocation d’Allah est le cœur et l’essence de l’adoration. C’est pourquoi, Allah, dit, après nous avoir ordonné de l’invoquer: « Et votre Seigneur dit : « Appelez-Moi, Je vous répondrai. Ceux qui, par orgueil, se refusent à M’adorer entreront bientôt dans l’Enfer, humiliés. »(Coran 40/60).

Refuser d’invoquer Allah c’est faire preuve de suffisance et cela ressemble à la mécréance comme le souligne le verset cité plus haut.

Celui qui n’invoque pas Allah croit qu’il peut quelque chose de lui-même alors que c’est tout le contraire. Seul Allah peut et nul en dehors de lui ne peut rien ; le prophète nous a recommandé de demander à Allah jusqu’au « sel que nous mettons dans la nourriture », quand bien même nous jugerons cela négligeable. De la même façon, nous ne devons pas « regarder à la dépense » pour demander à Allah. Ainsi il nous est recommandé pour ce qui est du paradis, de demander Firdaws, le plus haut lieu du paradis.

Le jeûneur qui a passé sa journée dans la pénitence et le recueillement devient méritant aux yeux d’Allah et sa demande est appréciée. Parmi les invocations exaucées, il y a celle du jeûneur quand il rompt son jeûne le soir. (hadith)

Le prophète nous a enseigné une invocation principale qui rassemble tous nos vœux. Il disait au moment de rompre : « O Seigneur, c’est pour Toi que j’ai jeûné, c’est avec ta nourriture que je romps ; accepte de moi car tu es celui répond aux invocations ».

Le jeûne et le Coran intercèdent pour le croyant. Le prophète (prière et salut sur lui) a dit : « Le jeûne et le Coran intercèdent pour le croyant le jour de la résurrection. Le jeûne dira : Ô mon Dieu, je l’ai empêché de se nourrir et d’assouvir ses envies, laisse-moi intercéder pour lui. Et le Coran dira : je l’ai empêché de dormir la nuit, laisse-moi donc intercéder pour lui. Il dit : ils seront autorisés à intercéder. » [Rapporté par Ahmed, El-Hâkim, et Abou-Naïm avec une chaîne de transmission authentique]

Allah nous exhorte dans maints versets à son invocation : «Invoquez votre Seigneur en toute humilité et recueillement, et avec discrétion. Il n’aime pas les transgresseurs. » [ Sourate 7 – Verset 55 ]

Des hadiths du prophète dans ce sens aussi sont nombreux : Selon Abû Hurayra , le Prophète a dit :« Il n’y a pas une adoration aussi aimée par Dieu que l’imploration. »[ Rapporté par Tirmidhi et Al-hakim ] L’imam Qushayrî disait: « l’imploration est la clé pour avoir sa besogne -al-hâja-. elle est l’apaisement des nécessiteux et le recours des besogneux. »

Selon Sahl Tustarî: « L’imploration qui peut être exaucée est celle qui coïncide avec l’état -hâl- du demandeur, et le meilleur état est celui dans lequel il est dans le besoin de ce qu’il demande. »

Allah rappelle aux croyants qu’il est celui vers qui ils doivent se tourner : « N’est-ce point Lui (Dieu) qui répond à l’angoissé quand il L’invoque, et qui enlève le mal […] » [ Sourate 27 – Verset 62 ]

L’invocation peut prendre plusieurs formes même jusqu’au fait de se taire et de louer Allah. Dans un hadîth qudsî, Allah dit:« Celui qui est occupé par mon évocation (zikr) au lieu de mon invocation (du’a), je lui fais un don meilleur que ceux octroyés aux demandeurs» [ Rapporté par Al-Bukhari ]

C’est en cela que les mystiques trouvent que la Fatiha (première sourate du coran) est la première des invocations car elle comprend cette phrase : « c’est toi que nous adorons et c’est de toi que nous attendons le secours ». Que peut bien dire un demandeur après avoir dit ce verset ? À quelle situation humaine ne peut-elle pas s’appliquer ?

Pour que l’invocation atteigne la qualité voulue, il faut qu’elle soit vécue, ressentie, intériorisée. C’est pourquoi il n’est pas nécessaire comme on le pense que les invocations soient apprises et répétées en arabe. Il faut que l’orant comprenne ce qu’il dit et le ressente : que ce soit un vœu qu’il exprime, une chose qu’il demande, un mal qu’il craint, un souhait qu’il formule… Le Prophète a dit à ce sujet: « Dieu n’exauce pas l’invocation d’un serviteur au cœur distrait. »[ Rapporté par Ahmad et Tirmidhi ] et encore : « invoquez Allah avec la conviction qu’il vous exaucera ». Tout cela n’est possible que si l’on comprend ce qu’on dit. Il est vrai qu’il y a des invocations prophétiques liées à Ramadan mais quand on les analyse bien c’est leur sens qui nous est demandé et non pas forcément leur texte.

L’invocation doit être « actualisée » ou contextualisée : invoquons Allah pour ce que nous vivons ; invoquons pour nous, nos familles, notre communauté, notre pays, et enfin le monde entier. Nous ne sommes pas obligés de répéter l’invocation d’un imam parce que nous l’avons entendu maudire ou louer quelqu’un. Nous ne vivons pas sa réalité et nous ne sommes pas capables de juger certaines choses.

Il y a beaucoup à dire sur les invocations en ramadan mais qu’il nous suffise d’ajouter seulement que le temps de l’invocation collective n’est pas un spectacle, un « imamshow » ; c’est le summum de notre prière. Que l’humilité et le recueillement nous habite davantage.

Bonne suite de ramadan à tous

Mémo : les invocations essentielles de ramadan

1-        A la vision de la lune

2-        Invocation de rupture

3-        A dire à celui qui nous a donné à rompre

4-        La nuit de la valeur

5-        Le souhait le jour de la fête



B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page