Burkina : Tête-à-tête entre le Président du Faso et la société civile

605 0

Le dialogue direct entre le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, et les représentants d’Organisations de la société civile (OSC) des 45 provinces du Burkina a effectivement eu lieu ce vendredi 16 juin 2017 à Ouagadougou.

Le rapport de synthèse des travaux a révélé que les intervenants souhaitent entre autres une justice équitable, la mise en œuvre effective d’une gouvernance vertueuse, la poursuite de la lutte contre l’impunité, la dépolitisation de l’administration publique, la vulgarisation de la loi portant création d’association et la mise à jour de la base des listes des associations reconnues.

La recommandation de portée générale indique que les différents participants ont préconisé qu’il soit vulgarisé la communication relative à la cohésion nationale à l’échelle du pays à travers l’organisation d’une conférence publique et la mise en œuvre d’actions appropriées.

Après la lecture du rapport de synthèse et avant le tête-à-tête avec le Chef de l’Etat, le Président du Conseil national des OSC, Jonas Hien, a fait savoir que « les OSC étaient pressées et heureuses » de rencontrer et d’échanger avec le Président du Faso.

Des représentants d’OSC ont notamment intervenu sur les droits humains, les causes des femmes, des jeunes, sur la santé de la reproduction, sur l’environnement de travail des ONG, l’état d’avancement des dossiers de crimes de sang et de crimes économiques, sur la flambée des prix de produits de grande consommation, sur le développement inclusif, le soutien à la presse publique et privée.

Pour Clarisse Nanambèga des organisations féminines, l’Etat devrait actualiser la loi sur la politique nationale genre, sanctionner les auteurs de violences faites aux filles/femmes, prendre en compte les femmes dans la mise en œuvre du PNDES et construire un foyer pour jeunes filles dans toutes les régions du Burkina.

Quant à Paul Sana du Réseau RAJS, la tenue d’un Forum national de la jeunesse s’impose et les luttes menées contre les grossesses non désirées et contre la consommation de stupéfiants en milieu scolaire doivent être renforcées.

Le dialogue s’est tenu à Ouagadougou.

« Le gouvernement accepte les critiques »…

Les conditions de vie et de travail des journalistes n’ont pas été occultées. « La presse saigne par le nez », a constaté Gabriel Kambou, le représentant des organisations du monde de la presse. Il a appelé à un soutien constant à la presse nationale (publique et privée). Pour Anselme Somda, au nom des instituts et centres de recherches, il faudrait doter toutes les régions du pays d’universités en bonne et due forme.

Roch Kaboré, tout en saluant le rôle historique joué par les OSC, a tenu à faire une clarification : « le rôle des OSC, ce n’est pas de faire de la politique ou de créer la division au sein des populations. Je considère que les OSC sont une nécessité. Le gouvernement accepte les critiques ».

Selon le Président du Faso, le gouvernement prend acte de toutes les inquiétudes formulées et réagira en fonction des moyens disponibles. Mais des éléments de réponses ont été apportés sur certains points. Quant à l’actualisation de la politique nationale genre, le Président du Faso a estimé qu’il faudrait prendre en compte aussi les pesanteurs socioculturelles.

Sur les questions de violences faites aux femmes, la consommation de drogue, les maladies sexuellement transmissibles, le Chef de l’Etat a soutenu que les OSC peuvent également jouer leur partition en sensibilisant davantage sur ces fléaux. En réponse à Paul Sana du RAJS, le Forum national de la jeunesse, foi de Roch Kaboré, se tiendra avant la fin de l’année 2017.

L’état de la route de Fada inquiète aussi les autorités. Selon le Président du Faso, la réhabilitation du tronçon Koupèla-Fada jusqu’à la frontière est en réflexion notamment avec l’appui de la Banque africaine de développement (BAD). Par rapport à la participation ou non de la diaspora aux prochaines élections, la réponse de Roch est sans équivoque : « En 2020, les Burkinabè de l’extérieur voteront ».

Il faut noter que ces échanges directs ont eu lieu dans le cadre de la deuxième session du cadre de concertation entre l’Etat burkinabè et la société civile. L’objectif général de cette rencontre était de proposer les voies et moyens pour la contribution des OSC à la mise en œuvre réussie des politiques et programmes de développement du pays.

Lire aussi : Paul Kaba Thiéba aux OSC : « Le Burkina est fier de vous »

Noufou KINDO

Burkina 24



Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *