Marché de Toécin yaar : La CDAIP donne de la voix

664 0

L’inspection commanditée sur les travaux de la commission d’attribution des places aux commerçants de Toécin yaar,  en collaboration avec  la Coordination des Comités de Défense et d’Approfondissement des Acquis de l’Insurrection Populaire (CDAIP) de Sig Nonghin,  a révélé que plus de 300 commerçants ont été lésés dans leurs droits. Cela a été annoncé lors d’une conférence de presse le mardi 20 juin 2017 à Toécin yaar.

Le 20 mai 2016,  le CDAIP a saisi le MBDHP et le REN-LAC sur la violation des droits des commerçants de Toécin yaar. Le Ministère de l’Administration Territorial a été interpellé à son tour et une inspection sur les travaux de la commission d’attribution des places à Toécin yaar a été commanditée.

Au cours de cette mission, les membres de la commission attribution ont été entendus ainsi que les commerçants. Une liste des cas litigieux a été remise à la commission par le CDAIP.

Selon le coordonnateur du CDAIP, Ernest Zemba cela fait six mois qu’ils sont en attente des résultats des travaux de l’inspection et de ses propositions de sortie de crise. Toujours selon lui, six mois après ils sont toujours dans l’attente des résultats des travaux de l’inspection et de leurs propositions de sortie de crise.

« En attendant les résultats de la commission, il a été décidé de commun accord entre la CDAIP et l’inspection  et les commerçants de la suspension momentanée de toute manifestation et de toutes activités de construction, de vente ou d’attribution sur le site », a affirmé le coordonnateur. Cependant, « nous avons été surpris de constater que cette décision n’est  pas totalement respectée sur le site », a-t-il précise.

Car selon lui, le 3 juin 2017, un individu a entrepris des activités de construction sur ledit site. « La CDAIP a  interpellé l’individu en question mais celui-ci n’a pas  arrêté son plan de construction », a-t-il laissé entendre. Selon les responsables de la CDAIP, la mairie de l’arrondissement 3 et la commission d’inspection ont été saisies qui à leur tour ont interpellé le responsable des travaux. Mais sans effet.

 Pour les responsables de la CDAIP, « cela n’est pas normal ». En plus de cette violation, Ernest Zemba ajoute qu’un conseiller municipal et membre de la commission d’attribution du marché a proféré des menaces d’atteinte à la vie d’un de leurs militants. Pour cela, il interpelle les autorités à réagir avant « qu’il ne soit trop tard ».

Vu la situation qui prévaut, la CDAIP préconise la levée du sursis de déguerpissement des commerçants sur l’ancien site, le remboursement des sommes perçues auprès des commerçants par la commission d’attribution des places, l’examen des cas des doubles et triples attributions et l’audit sur la gestion du projet d’aménagement du marché.

Aimé KPODA (Stagiaire)

Burkina24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *