Publicité au Burkina : Publicitaires associés pour la stricte application de la loi

815 0

Le Bureau de l’Association Publicitaires associés a fait le bilan de son mandat lors d’une conférence de presse à son siège à Ouagadougou le 22 juin 2017.

Elu en 2015 pour deux ans, Abdoul Aziz Bamogo et les membres du bureau qu’il préside  sont au terme de leur mandat. Pour cela, une assemblée générale élective a été convoquée pour le 1e juillet 2017 pour élire  une nouvelle équipe. Le président sortant, Abdoul Aziz Bamogo,  ne sera pas candidat, selon ses dires. L’objectif de la conférence de presse du 22 juin était de faire le bilan de leur travail.

Selon le président sortant, son équipe a adopté un certain nombre de textes dont l’objectif est la structuration du secteur de la communication au Burkina Faso. L’un d’eux est le nouveau code de la publicité et son décret d’application adoptés par le ministère de la communication et d’autres acteurs du domaine. La charte qualité qui comporte quatre points et le code de déontologie  ont également vu le jour.

En plus de ces textes, le bureau de Abdoul Aziz Bamogo a fait la liste des membres des Publicitaires associés. Pour 2017, ils sont au nombre de 50  contre 61 dans l’ancienne liste qui date de 2013. Selon le président, cela est dû à l’extirpation de plus d’une vingtaine de membres. L’attestation de membre et la carte professionnelle ont été instaurées pour distinguer et promouvoir les adhérents.

En attendant l’élection de juillet, des sujets tiennent toujours à cœur au bureau sortant. Il s’agit par exemple des panneaux publicitaires dans la ville de Ouagadougou. «Ils  constituent un vrai désordre », analyse le président de Publicitaires associés. Un atelier a été organisé sur la question et certaines pratiques ont été mises à nu. Par exemple, il a été révélé qu’il y a des agences qui facturent les panneaux  de  «20 à 25 000 F CFA. Ce qui veut dire qu’il y a des gens qui ne payent pas les taxes ».

Une décision a été prise lors de l’atelier, fixant les prix mensuels desdits panneaux à 60 000 F CFA entre agences membres et 75 000 F CFA minimum pour les particuliers, selon Abdoul Aziz Bamogo.

Pour bien harmoniser les prix, le président interpelle la mairie à faire le répertoire de tous les panneaux de la ville afin de procéder à l’enlèvement de ceux irréguliers.

Quant à l’assainissement du milieu, Abdoul Aziz Bamogo et ses camarades demandent l’application pure et simple de la nouvelle loi sur la publicité.  

Aimé KPODA (Stagiaire)

Burkina24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *