Mariage d’enfants à Nouna : Un phénomène qui prend de l’ampleur

105 0

Dans la région de la Boucle du Mouhoun, 442 cas de mariages précoces ont été enregistrés par les services de l’action sociale. La province de la Kossi avec un taux de 34% est celle qui renferme le plus d’adolescentes en union au niveau de la région. Cette problématique était au cœur des discussions le 22 juin 2017 à Nouna lors de la célébration en différé de la Journée internationale de la famille et celle de l’enfant africain.

 La Journée internationale de la famille est célébrée le 15 mai de chaque année. Quant à la Journée internationale de l’enfant africain, elle se tient les 16 juin. La célébration en différé de ces journées à Nouna a été organisée par la direction régionale en charge de la famille de la Boucle du Mouhoun à travers le projet «   promotion de l’équité genre en contexte familial par le renforcement des capacités de résilience des familles aux conflits conjugaux et familiaux », financé par le Fonds Commun Genre. Occasion  de réfléchir sur la problématique des mariages d’enfants.

Selon de rapport 2016 de l’UNFPA sur le mariage précoce dans la Boucle du Mouhoun,  23% des adolescentes et 2% des adolescents enquêté(e)s ont été concerné(e)s par le mariage d’enfants.  Au niveau provincial, la province de la Kossi avec un taux de 34% est celle qui renferme le plus d’adolescentes en union au niveau de la région.

Ensuite, suivent les provinces des Banwa (29%), du Nayala (22%), du Mouhoun (17%), des Balé (7%). La province du Sourou enregistre un taux nul de mariage d’enfants. La déscolarisation et  les grossesses prématurées qui augmentent le taux de mortalité maternelle et infantile sont citées comme étant les principales conséquences des mariages d’enfants.

Cette célébration a aussi été le lieu pour appeler la population à adopter des comportement favorables à une harmonie dans les familles loin des conflits conjugaux et familiaux. Et pour concrétiser les actions, des magistrats ont été conviés pour organiser une assistance juridique et sociale. Chose qui a permis aux hommes de droits de prodiguer des conseils pratiques aux différentes couches sociales venues leurs exposer leurs problèmes de familles.

Merveille KAPIDGOU

Correspondant de Burkina24 à Nouna

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article du même genre

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *