Burkina : Des campagnes de mass média utilisées pour réduire la mortalité infantile

Développement Média International (DMI), représenté notamment au Burkina Faso, en République démocratique du Congo, au Mozambique et en Tanzanie, a réalisé durant ces trois dernières années une campagne dénommée « Média Santé ». Les campagnes radio, à la télévision et sur les téléphones portables peuvent contribuer énormément à changer les comportements. C’est l’une des conclusions majeures auxquelles est parvenue l’expertise menée par l’équipe de DMI au Burkina. Une session de restitution des résultats de ladite campagne a eu lieu ce jeudi 29 juin 2017 à Ouagadougou.

Développement Média International (DMI-Burkina Faso), entreprise sociale basée à Londres, a été créé en 2005 afin d’apporter une rigueur scientifique aux campagnes de mass média. Son bureau de Ouagadougou a vu le jour comme ONG en 2011. 35 mois durant, la société, en partenariat avec 32 radios communautaires, a pu toucher « émotionnellement » des populations pour impulser un changement de comportement.

La campagne, organisée sous la forme d’un Essai Randomisé Contrôlé (ERC), se fixait pour ambition de prouver non seulement que la communication sauve des vies mais aussi et surtout de quantifier le nombre de vies qui pourraient être sauvées à travers une modélisation prévoyant une contribution à la réduction de la mortalité infantile.

Au nombre des radios partenaires, il y a « La Voix du Paysan » de Ouahigouya, « Djowoampo » de Bogandé, « Loudon » de Sapouy, « La Lutte contre la désertification » de Djibo, « Tintaani » de Kantchari, « Munyu » de Banfora, « Lotamu » de Solenzo. L’étude a concerné les domaines de lutte contre le paludisme, les diarrhées aiguës, les infections respiratoires, la promotion de l’allaitement maternel exclusif, la santé sexuelle et reproductive dont la planification familiale, la stratégie de l’alimentation du nourrisson et du jeune enfant (ANJE).

Ce jeudi 29 juin 2017 à Ouagadougou, DMI-Burkina Faso a tenu une session de restitution des résultats enregistrés au cours des trois dernières années de campagne. La saturation, la science et l’histoire sont les principales méthodes qui ont permis au groupe d’experts d’enregistrer et de prouver scientifiquement une augmentation des soins prénataux et accouchements dans les centres de santé dans les zones d’intervention comparées aux zones de contrôle.

« La toute première étude au monde »…

« Je voudrais féliciter DMI et toutes ses radios partenaires. C’est la preuve que nous pouvons avoir aujourd’hui des changements de comportements par une communication bien appropriée et bien ciblée. Dans de nombreux projets qui sont mis en œuvre dans notre pays, le volet communication apparaît comme une portion congrue alors que nous pouvons avoir des économies majeures en termes de coûts, d’infrastructures, de garanties du cadre de vie. Et dans le cas notamment de la lutte pour réduire la mortalité, je pense que cette approche est à saluer », a noté le ministre de la communication, Rémi Dandjinou, Co-parrain de la cérémonie.

Selon Matthew Lavoie, Directeur régional de DMI Afrique de l’Ouest et du Centre, ces résultats sont une fierté pour eux au niveau de DMI. « Il s’agit de la toute première étude au monde qui permet d’évaluer, de prouver statistiquement l’impact de la communication sur des indicateurs de santé, le même protocole de recherches (Essai Randomisé Contrôlé-ERC) utilisé pour un vaccin. L’étude scientifique a démontré en réalité que la campagne de communication menée au Burkina a pu augmenter de 35% la fréquentation des centres de santé de premiers soins pour le traitement de paludisme, de diarrhées aiguës et d’infections respiratoires », a-t-il soutenu.

Ces trois pathologies étant les principales causes de mortalité des enfants de moins de cinq ans au Burkina Faso. Cette augmentation se traduit par une réduction de 6% dans les zones d’intervention du taux de mortalité infantile et juvénile. Matthew Lavoie, tout en saluant les résultats, n’a pas manqué de remercier les sept radios de proximité et les différents partenaires de DMI pour leur engagement.

Noufou KINDO

Burkina 24



Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page