Burkina : Les sociétés d’Etat sont en “bonne santé financière”

842 0

La 25e session de l’Assemblée Générale des Sociétés d’Etat se tient du 29 au 30 juin 2017 à Ouagadougou. Cette rencontre sera consacrée à l’examen des rapports de gestion des conseils d’administration et des états financiers de l’exercice clos au 31 décembre 2016. Il s’agit de 19 sociétés d’Etat et de 02 Etablissements publics de prévoyance sociale (EPPS).

L’obligation de rendre compte est un principe fondamental des principales exigences de la gestion publique. C’est dans ce sens que le gouvernement organise une session annuelle pour examiner les rapports de gestion et les états financiers des sociétés d’Etat et des Etablissements publics de prévoyance Sociale (EPPS).

Pour l’exercice de 2016, 21 entreprises dont 19 sociétés d’Etat et 2 établissements publics de prévoyance sociale (EPPS) sont appelées à présenter leurs rapports de gestion et états financiers sur l’exercice clos au 31 décembre 2016.

Le rapport relève un taux de croissance du PIB réel de 5,9% contre 4,0% en 2015. Hadizatou Rosine coulibaly/Sori, la représentante du Premier ministre Paul Kaba Thiéba à l’ouverture de la session, a laissé entendre que les entreprises ont réalisé des performances appréciables.

Selon le rapport de performance des sociétés, les entreprises ont réalisé un résultat net positif cumulé de 111,502 milliards en 2016 contre 82, 452 milliards de F CFA en 2015. Soit une hausse de 35,23% entre 2015 et 2016 en valeur relative et 29,050 milliards de F CFA en valeur absolue.

Sur 21 sociétés, 8 sociétés d’Etat sont déficitaires en 2016 tout comme en 2015. Il s’agit de l’AGETEER, de l’Agetib, du LNBTP, de la MINOFA, de la SBT, de la SEPB, de la SOGEMAB et de la SONATER. Un déficit qui s’élève à 1,840 milliards contre 19,239 milliards de F CFA en 2015.

Les 13 autres entreprises ont réalisé en 2016, un bénéfice net de 110,900 milliards contre 101,691 milliards de F CFA en 2015, soit une hausse de 9,209 milliards de F CFA entre 2015 et 2016 du fait de l’amélioration du résultat net de la SONABEL qui passe de -17,695 milliards en 2015 à 5,147 milliards de F CFA en 2016.

Le présidium

La situation de l’Agetib, de l’AGETEER et de la SONATER s’explique par les difficultés que rencontrent les Maîtrises d’ouvrage publiques déléguées (MOPD) à obtenir un portefeuille de projets conséquent pour un bon déroulement de leurs activités.

Concernant la société de gestion de l’équipement et de la maintenance biomédicale (SOGEMAB) déficitaire, le Colonel major Daouda Traoré, directeur général de ladite société, a expliqué que ce n’est pas lié à un problème de compétence ou un manque de travail sur le marché.

« Mais ce déficit est lié aux missions qui sont les nôtres et qui ne sont pas respectées et que des contrats ne nous sont pas confiés pour l’achat d’équipement. En 2016, aucun achat d’équipement du ministre de la santé ne nous a été confié, or c’est notre cœur de métier », a-t-il expliqué.

Il fait comprendre que le déficit est de l’ordre de 65 millions de F CFA pourtant il y a eu au moins une dizaine de milliards de F CFA d’achat d’équipement. «Il est évident que si ce travail nous avait été confié, nous n’aurions pas été déficitaires », ajoute-t-il. Comme solution, il préconise que la vision qui a présidé à la création de la SOGEMAB soit respectée.

Il a également rappelé que la SOGEMAB a été créée pour centraliser les besoins de toutes les structures de santé, de grouper les achats et former le personnel sur l’utilisation du matériel. Le ministre en charge du commerce, Stéphane Sanou, a fait comprendre qu’« en termes de chiffre d’affaire,  c’est une croissance de plus de 10% en 2016 par rapport à 2015 ». « De façon globale, la santé financière et économique des sociétés est bonne et se poursuit de façon positive »,  a-t-il mentionné.

Jules César KABORE

Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *