Salifou Diallo : « Les députés voteront cette loi, advienne que pourra »

676 0

L’Alliance des partis et formations politiques de la majorité présidentielle (APMP) était face à la presse dans l’après-midi de ce dimanche 2 juillet 2017 au siège national du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP). La conférence de presse, principalement animée par le Président du MPP, Salifou Diallo, a porté notamment sur le projet de loi portant allègement des conditions d’exécution du programme de projets Partenariat Public Privé (PPP) soumis à l’Assemblée nationale.

La conférence de presse des partis politiques membres de la majorité présidentielle fait suite à la mise en garde de l’opposition contre l’adoption du projet de loi sur les Projets Partenariat public privé. Salifou Diallo a qualifié d’ « allégations calomnieuses, mensongères et inexactes » les déclarations récentes de l’opposition politique.

Cette rencontre avec la presse a pour but, selon lui, de donner des « informations justes relatives au projet de loi portant allègement des conditions d’exécution du programme de projets PPP que certains esprits malsains tentent de présenter comme étant l’arnaque du moment ».

L’examen dudit projet de loi par l’Assemblée nationale devrait intervenir le lundi 3 juillet 2017 afin d’apporter une réponse face à trois constats majeurs faits par les autorités actuelles : la lourdeur des procédures de passation des marchés au Burkina, le faible taux de contractualisation des PPP et l’urgence des besoins en matière d’investissements. Zéphirin Diabré (Chef de file de l’opposition), lui-même, a indiqué Salifou Diallo, avait prévu des projets PPP dans son programme de développement.

« Les députés voteront demain cette loi, advienne que pourra ! Nous allons construire des routes pour nos parents, des écoles techniques, centres d’études et de formation professionnels pour nos étudiants et nos enfants. Personne ne va nous empêcher de voter cette loi-là. Personne non plus n’a le monopole de la rue. C’est maintenant que notre programme de développement va se matérialiser. Si on construit les routes, celui qui ne veut pas rouler dessus, qu’il roule à côté du goudron. Si on apporte l’électricité, celui qui ne veut pas, peut allumer une bougie… Certains responsables de l’opposition s’agitent et tentent comme d’habitude de travestir les faits. Des mots d’ordre sont même lancés pour, disent-ils, empêcher le vote de cette loi » (Salifou Diallo).

Il a également fait savoir que sur les 94 projets de société du Président du Faso, 38 sont concernés pour le moment. Le projet de loi qui sera examiné le 3 juillet prévoit entre autres la construction de CHU, de CHR, de CMA, CSPS, de routes, de l’autoroute Ouaga Bobo frontière avec la Côte d’Ivoire, de 45 collèges, 13 lycées scientifiques, de cités universitaires, de centrales thermiques, hydroélectriques et solaires, la réalisation de 2.000 forages, l’acquisition d’ambulances, la mise en place d’unité de production d’engrais, etc.

A propos du montant global des 38 projets PPP qui devraient être votés, Simon Compaoré, Vice-Président du MPP, a contredit Zéphirin Diabré qui a annoncé, selon ses dires, 7.000 milliards de FCFA. L’ensemble des 38 projets coûteront environ 1.780 milliards de FCFA, a révélé Simon Compaoré.

Concernant les accusations du cyber-activiste Lengha Fils qui a dénoncé une mauvaise gestion au ministère des infrastructures, le Président du MPP a rétorqué : « C’est faux. Personne n’a un compte parallèle au sein du gouvernement. Qu’il amène ses preuves. C’est à Lengha Fils d’apporter la preuve qu’il y a matière à réprimer. Internet, c’est la place de ceux qui ne peuvent pas avancer à découvert ».

Simon Compaoré a ajouté que les objectifs de leur parti sont différents de ceux de l’opposition. « Nous nous battons pour le développement. D’ailleurs, la redevabilité de notre candidat élu démocratiquement n’est pas devant l’opposition, c’est devant le peuple », dit-il.

Pour Me Bénéwendé Sankara, Président de l’UNIR/PS et membre de la majorité présidentielle, « la rue ne peut pas effrayer ceux qui sont nés dans la rue ».

Noufou KINDO

Burkina 24

Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Il y a 1 commentaire

  1. Il faut que ceux qui ns gouvernent actuellement soient mesurés dans leurs déclarations.Qu’is comprennent qu’on ne peut pas diriger un Etat avec ses émotions.Apparemment ils sont allergiques aux critiques et semblent être sourds aux différentes critiques qui leurs sont faites.Ce genre d’attitude ne peut prospérer longtemps pour un dirigeant. A bon entendeur salut !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre