Diplomatie : Les élèves de l’INHEI se penchent sur leurs prochains défis

542 0

Les élèves de l’Institut des hautes études internationales (INHEI) organisent les 72 heures de l’élève diplomate au sein du Ministère des affaires étrangères, de la coopération et des Burkinabè de l’extérieur. La cérémonie d’ouverture a eu lieu ce jeudi 6 juillet 2017. L’objectif de ces 72 heures est de contribuer à la promotion et à la sensibilisation sur les grands défis du moment.

« Les 72 heures de l’élève diplomate sont considérées comme un jalon important de l’année scolaire. C’est une pause pour les élèves en fin d’étude afin de réfléchir ensemble avec les techniciens et collègues du ministère qui sont leurs futurs collaborateurs sur un certain nombre de thèmes qui sont d’actualité », a annoncé le délégué général des élèves de l’INHEI, Théophyle Guéré.

Du 6 au 8 juillet 2017,  les élèves futurs diplomates vont mener des activités telles que des conférences débat sur le thème « la diplomatie à l’épreuve des grands problèmes du monde contemporain ». Il est subdivisé autour de « la diplomatie et les défis sécuritaires internationaux » et « la diplomatie et les défis environnementaux de notre temps »,  a souligné le délégué général des élèves de l’institut, Théophyle Guéré.

En plus de cela, il y aura  une exposition culturelle, un tournoi maracana qui va opposer 8 écoles professionnelles  avec l’équipe du ministère des affaires. Un échange avec les anciens ambassadeurs du Burkina Faso pour un partage d’expérience au profit des jeunes cadres du ministère des affaires étrangères est également prévu.

Paul Robert Tiendrebéogo, président de la cérémonie, représentant Seydou Zagré, Directeur de cabinet de la présidence du Faso, a salué le choix judicieux du thème.  Ces problématiques qui s’articulent autour du thème des 72 heures de l’élève diplomate s’inscrivent en tête de liste des préoccupations du Burkina Faso, selon lui.

Il a rappelé aux futurs diplomates les différentes mutations subies par la profession du diplomate qui font que ce  métier  est « multidimensionnel, complexe et extrêmement exigent ». Pour ces activités, l’institut a invité le Togo pour contribuer également à la promotion de l’intégration sous-régionale.

Irmine KINDA

Burkina24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *