Affaire el-Béchir: La CPI met l’Afrique du Sud sur le banc des accusés

116 0

L’affaire relative au refus de l’Afrique du Sud d’arrêter le président Omar El-Béchir en 2015 sur son territoire, a connu son épilogue avec le verdict de la Cour pénale internationale ce jeudi 6 juillet 2017 à la Haye au Pays-Bas.

L’arrêté de la CPI, explique que l’Afrique du Sud, en refusant d’arrêter Omar el-Béchir en 2015 sur son sol, a manqué à ses obligations.

« La Cour considère cet acte comme une entrave aux procédures criminelles instituées contre le président el-Béchir, poursuivi pour génocide au Darfour», explique Africanews.

Les juges de la Cour Pénale Internationale qui n’ont requis aucune sanction contre l’Afrique du Sud, ont « même refusé de renvoyer l’affaire devant l’Assemblée des États Parties du Statut de Rome et devant le Conseil de sécurité ». C’est d’ailleurs cette institution qui a saisi en 2005 la CPI sur la situation au Darfour.

Mais, cette décision ne signifie pas pour autant la fin de la bataille judiciaire entre Pretoria et la CPI, d’autant que la procureure de cette juridiction internationale Fatou Bensouda peut faire appel si elle le souhaite.

Le président soudanais El-Béchir, dont le pays n’est pas membre de la CPI, est sous le coup de deux mandats d’arrêt internationaux. Son statut de chef d‘État, lui attribue une certaine humilité et c’est d’ailleurs le principal argument mis en avant par les autorités sud-africaines pour justifier son refus d’exécuter le mandat d’arrêt de la CPI.

Kouame L.-Ph. Arnaud KOUAKOU                                                                                                                                   Burkina24

Source: Africanews

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre