Conflits familiaux dans la Kossi : 50 médiateurs formés

643 0

Il a fallu l’intervention de Jean Baptiste Traoré, chef de canton de Bourasso pour qu’un père et son fils qui se regardaient en chiens de faïence depuis une dizaine d’années, reviennent à de meilleurs sentiments. Comme lui, ils sont 50 relais communautaires mandatés par la direction provinciale en charge de la famille de la Kossi, pour la résolution des conflits conjugaux dans leurs localités respectives. Le 27 juin 2017 ils ont bénéficié d’une remise à niveau afin de jouer pleinement leur rôle.

« A Bourasso, j’ai fait face à un cas où un père et son fils avaient rompu tout contact pendant 10 ans. Alors j’ai rencontré les deux protagonistes pour leur faire savoir que c’est une mauvaise chose que deux parents soient en désaccord au point de ne plus se parler.  Grâce à cette médiation, ils sont revenus à de meilleurs sentiments et vivent aujourd’hui en parfaite harmonie. Cette formation nous permettra de mieux accomplir notre mission et de convaincre davantage les personnes vers qui nous irons ».

Ce témoignage de Jean Baptiste Traoré, chef de canton de Bourasso démontre le rôle important des relais communautaires dans la résolution des conflits familiaux.

Ces personnes ressources ont été identifiées dans leurs villages pour  aider la direction provinciale de la femme, de la famille et de la solidarité nationale de la Kossi à trouver des solutions aux conflits conjugaux et familiaux dans leurs milieux de vie. 

« Après deux ans, il était nécessaire de renforcer leurs capacités afin qu’ils soient encore plus opérationnels sur le remplissage des fiches de collecte des données que nous avons élaborées.  Tous les cas qu’ils auront à traiter dans leurs localités seront enregistrés et envoyés à la direction provinciale pour être pris en compte », a expliqué Ali Demé, directeur régional de la femme, de la famille et de la solidarité nationale de la Boucle du Mouhoun

Présents dans 6 communes de la province de la Kossi, les relais communautaires ont pour mission de faire la médiation familiale ou de référer certains cas de conflits familiaux au niveau de la direction provinciale.

Merveille KAPIDGOU

Correspondant de Burkina24 à Nouna



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *