RDC-Belgique: Un stock de matériel militaire au cœur de tensions diplomatiques

255 0

Il y a trois mois de cela, la RDC et la Belgique rompaient leurs relations militaires. Toutefois, à ce jour, au moins douze militaires belges restent bloqués dans le pays avec pour mission de garder le stock de matériel militaire dans l’attente de leur évacuation.

Ce stock d’armes était destiné à mater la rébellion des « Kamwina Nsapu» dans la ville de Kindu située à mi-chemin entre l’Est du pays et le Kasaï, dans le centre, théâtre d’atrocités les plus immondes.

L’armée belge y avait, par conséquent, stocké une partie de son armement qu’elle utilisait dans le cadre de sa collaboration avec l’armée congolaise.

« Le 12 avril dernier, Kinshasa avait décidé de mettre fin à cette coopération, pour protester contre les commentaires du ministère belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, sur des sujets que les autorités congolaises estimaient relever de la souveraineté nationale », rappelle Jeune Afrique.

Le matériel militaire resté bloqué à Kindu, mais aussi dans les villes de Kalemie, Likasi, et Kananga, selon une source diplomatique relayée par Jeune Afrique, est composé des munitions, de véhicules militaires (camions et jeeps) « nécessitant plusieurs dizaines de rotations d’avions ». Cette même source explique que « les visas des militaires belges n’ont plus que deux semaines de validité ».

Se confiant à Jeune Afrique, le ministre congolais de la Défense, Crispin Atama Tabe, a reconnu qu’« il est vrai que le processus d’évacuation des matériels militaires belges a certainement pris beaucoup de temps, peut-être jusqu’à exaspérer les autorités belges, mais il n’est nullement question pour la RDC de bloquer qui ou quoi que ce soit » et que les matériels militaires devront être évacués selon un chronogramme bien défini.

Les autorités belges, quant à eux, se sont abstenues de commenter ces propos.

Kouame L.-Ph. Arnaud KOUAKOU                                                                                                                                   Burkina24

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre