CEDEAO : Le Maroc peut compter sur ses amis au Burkina

Après l’Union Africaine, le Maroc veut intégrer la Communauté Economique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). C’est dans ce contexte qu’une organisation de la société civile burkinabè, l’Association des Amis du Maroc pour l’Intégration (AMI)n a été créée pour l’occasion afin de militer en faveur de son intégration. L’association a été présentée à la presse ce jeudi 13 juillet 2017 à Ouagadougou.

Face à sa demande d’intégrer la CEDEAO, le Maroc a obtenu un accord  de principe lors du 51e sommet de la CEDEAO tenu les 3 et 4 juin 2017. Cependant, une organisation de la société civile lève d’ores et déjà la voix pour demander l’effectivité de cette intégration.

Cette association se réfère aux bonnes relations que le royaume chérifien entretient avec le Burkina Faso. Pour elle, le Maroc est le plus grand investisseur du continent et son intégration dans la CEDEAO peut avoir une répercussion dans les autres Etats de l’espace.

« Si on prend la coopération sud -sud , le Maroc est le premier pays investisseur en la matière et le Burkina est l’un des pays qui en profite le plus. C’est dire que rien que cette coopération bilatérale suffirait à magnifier cela, renforcer les acquis et en demander plus », explique Nicolas Zemané, président de l’association.

A l’en croire, l’intégration profite à l’unité continent, agrandit  ce grand ensemble mais aussi individuellement aux pays du sud.

L’AMI exhorte à cet effet la commission en charge de la question à aller au-delà des calculs politiques et économiques et prendre en compte la dimension humaine.

Farhat Bouazza, ambassadeur du Maroc au Burkina Faso

Farhat Bouazza, ambassadeur du Maroc au Burkina Faso, exprime sa satisfaction face à une telle initiative.  Pour lui, la demande d’adhésion du Maroc à la CEDEAO, explique-t-il, est partie du fait que «  l’union du Maghreb arabe fonctionne mal ou pas du tout» et que «l’envie du Maroc de renforcer ses relations ne doit pas être exclusive, ne doit pas être orientée vers une seule direction. Les pays du Sud aussi sont nos racines, c’est notre culture, notre continent».

Un plan stratégique des activités de l’association impliquant l’administration diplomatique burkinabè est en cours d’élaboration, a annoncé le président.

Reconnue le 17 juin 2017 par les autorités, l’AMI est créée spécialement pour soutenir la demande d’adhésion du Maroc à la CEDEAO .

Revelyn SOME

Burkina 24



Un commentaire

  1. bsr je pense k cest une bonne initiative:c est au pays membre de la cedeao de chercher a tire profit avec l integration du Maroc

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page