Tribune – “Macron, le Problème de l’Afrique n’est pas civilisationnel(sic), il est surtout relationnel avec l’Europe”

669 0

Touorizou Hervé Somé réagit, dans cette tribune, à l’assertion du Président français Emmanuel Macron qui estime que l’Afrique a un problème “civilisationnel”. 

Pourquoi la sortie de Macron est une insulte aux  peuples d’ afrique, même si cet impair  est dû en partie au fait qu’ il a manqué de capter les subtilités que renferment des concepts comme culture et  civilisation,  et même la tension qui existe entre ces deux termes?

Mais d’ abord, je dis qu’ on n’insulte impunément que ceux qu’ on peut insulter (sans rien subir en retour, et on les re- insulte même). Un fantôme n’ attaque pas un inconnu la nuit. Quand le président le plus minable que la France ait jamais connu, Sarkozy, a voulu jouer au coq devant Poutine, il l’a fait ravaler ses propos discourtois sur place. Si Macron avait dit que le problème de l’Afrique était un problème culturel, je l’ aurais suivi en partie. En Afrique, on aime les enfants, on aime la famille, on aime la communauté.

Il ne ferait que faire du descriptif, pas de l’ évaluatif, qui est subjectif. Même si tu es riche en Afrique et que personne ne vient chez toi, tu n’es rien. Nous africains  appartenons au premier élément de la dyade Collectivisme- Individualisme.

Mais Macron sait de quoi il parle, et sûr de son fait, il  conclut de façon péremptoire que le problème de l’Afrique, c’est un problème civilisationnel, avec toute la charge idéologique  et de mépris que véhicule le terme qui nous rappelle étrangement the White Man’s Burden de Rudyard Kipling et de la mission civilisatrice gauloise.

C’est pourquoi Macron ne fait pas que décrire ce qui serait réalité à ses yeux. Il fait de l’ idéologie, sans en donner l’ air. C’est ainsi que procède l’ idéologie, d’ailleurs. Elle prétend expliquer le monde de façon objective tout en camouflant les intérêts particuliers ou de groupe, la fin étant de ne point bousculer  l’ordre des choses.

Le Civilisationnel et sa déhontée façon d’ être Eurocentrique

Dans le mot, il y a la dénotation( le sens du dictionnaire) et la connotation( toutes les idées, tous les sentiments auxquels ce même mot nous renvoie). La connotation du chiffre 13 (treize) en occident, c’est le malheur, la poisse. Le chat connote la sorcellerie en afrique, surtout quand il est chat noir. Pourtant , ni le chiffre 13 ni le mot chat, fût- il noir, dans un dictionnaire ne se réfèrent à ces sentiments- là.

En employant le mot civilisationnel qui est dérivé de civilisation, la dénotation est claire: La civilisation est le plus haut point du stade du développement humain et social, d’ une organisation considérée comme la plus avancée. Ce serait donc à l’ occident la civilisation? Selon les critères définis par qui ? Le développement industriel, scientifique ou technologique devient – il le développement tout court ?

C’est de l’ eurocentrisme, pour ne pas parler d’ ethnocentrisme, car l’Europe et l’ occident en général  ont des difficultés à penser autre chose  d’ abord en dehors de la couleur blanche. La connotation, c’est le progrès, la lumière, le raffinement, la sophistication, à l’ opposé de l’ obscurité pour l’Afrique. Pourtant la culture, c’est la manière de vivre, ce sont les formes sociales, ce sont les objets. Surtout, c’ est le symbolisme derrière les objets et tout ce que l’ on fait. C’est pourquoi toutes les cultures se valent.

Les Africains aiment avoir 8 ou 9 enfants, comme le dit Macron. C’est à croire même qu’ il a fait tout le tour des africains et qu’ il s’ est rendu compte que ces africains veulent la même chose, aspirent aux mêmes choses, comme si c’ était des volontés clônées.

En language ramassé, Macron fait dans le stéréotypique où il attribue des traits de caractère  à tout un groupe sur la base de constatation de cas particuliers,  même si c’est beaucoup de cas particuliers.  Dans tous les cas, il ne s’ intéresse pas au changement social et politique qui a lieu dans toute société.  L’Afrique ne saurait changer . Et même à supposer que les africains,  sans distinction aucune, aspirent à 8 ou 9 enfants, si cela est vu comme relevant de leur culture, ce serait leur façon à eux de faire les choses et cela serait lié au sens tout spécial qu’ ils donnent à l’ enfant (symbolisme) ou à l’ homme tout court. C’est donc leur droit.

Comment le Culturel devient Civilisationnel avec Macron ?

Mais, encore une fois de plus, Macron a bien dit que c’ est un problème, là où l’ africain ne  voit que  bénédiction, félicité. C’est Macron (situé sur le versant du tout  civilisation) qui décide que c’est un problème. C’est pourquoi, et pour rendre les choses plus claires, il dit que c’est un problème civilisationnel.

 Colonialisme résiduel des présidents français difficile à évacuer complètement de leur psyché? Le civilisationnel l’ autorise à faire des classements entre les groupes humains, sans le dire, mais on le voit venir ;  le culturel l’ y aurait disqualifié. Il s’ est arrogé ce droit parce qu’ il estime avoir le pouvoir de le faire.

Il y a donc au début, une question de rapports de force qu’ il sait à son avantage, et c’est pourquoi il parle sans regarder derrière comme on le dit chez nous, sans filtre. Il veut choquer, il peut choquer, il a finalement choqué, mais « y a pas l’ homme » parmi ses pairs  pour lui rabattre le caquet.  Il a fait un classement entre les groupes humains où il se croit obligé de juger la manière de vivre des autres.

J’ai développé un cours que j’ enseigne et dont le but est accroître la sensibilité pour la diversité culturelle et le respect entres cultures et dont le titre est : “All Because of Globalization: The Imperative for Intercultural Communication“. Macron, vous avez besoin de prendre ce cours-là. Vous êtes un jeune économiste et beaucoup d’ africains ont salué votre élection à cette lourde fonction qui consiste à piloter la France, celle qui n’a pas encore lâché prise sur  ses colonies,  et ce n’est pas demain la veille qu’ elle le fera de bon gré…

Faites mieux que Sarkozy dont le magistère a été des plus arrogants et des plus catastrophiques pour l’Afrique, et donc fortement dommageable pour l’ image de la France. Votre sortie était malheureusement trop ” économistique” et par trop donneuse de leçons. Si toutes les familles faisaient deux enfants, l’ accroissement naturel de la population mondiale serait nul (puisque si Papa et Mama ne sont plus en vie, il ne resterait que les deux enfants pour remplacer leurs parents.) Avec un enfant, l’ accroissement naturel est -1 (il y a manque à gagner).

Pour bien “civiliser” votre sens économique, c’ est – à- dire, l’ humaniser en  lui apportant le supplément d’ âme qui lui fait si cruellement défaut, vous devez prendre mon cours cité ci- haut (pas de powerpoint, rien que des débats, des simulations et autres jeux de rôle,  ainsi que des clarifications de valeurs car  nous avons,  de toute évidence, beaucoup de valeurs à clarifier entre nous).

Avec la globalisation, il y a cette nécessité d’ une compréhension interculturelle, et d’ une communication qui respecte l’ autre, une compréhension interculturelle bâtie, non sur la tolérance des autres cultures (aucune culture ne veut qu’ on la tolère) mais sur l’ acceptation de la façon alternative de vivre des autres, à défaut de les embrasser (les autres cultures). Je me plaisais à fantasmer que la France avec Macron allait « faire commerce » avec ses anciennes colonies d’ une  autre façon, avec votre élection.

 Cette sortie indique de fort belle manière, que plus les présidents changent en France, plus les discours de la rupture abondent, et plus c’est la même politique France-africaine.  Je tomberai roide mort si je voyais de mon vivant un président français conduire la politique autrement avec ses anciennes colonies africaines, des grands enfants qui ont perpétuellement besoin d’ un sermon, chaque fois qu’ il y a une nouvelle tête à l’ Elysée.

Même si ce n’ était pas encore un rite, ça y ressemble depuis la sortie condescendante de Chirac qui croyait que la démocratie était un luxe pour l’Afrique, en passant par celle  ignorante de Sarkozy à Dakar, jusqu’à la vôtre, irrévérencieuse,  qui brille par son caractère parcellaire comme vérité et son éloignement du politiquement correct.

Conclusion

Pour terminer, disons que l’ homme/la femme  est au début et à la fin de la création des richesses, mieux, du développement qui n’est pas interchangeable avec  la croissance. Les thèses malthusiennes,  en filigrane dans votre assertion osée,  ont longtemps été déconstruites et démantelées et je ne vois aucune nécessité  de revenir sur un combat achevé et bien clos que votre sortie mal inspirée tente de remettre au goût du jour. Elles n’ont jamais prospéré. Ne mettez pas sous le boisseau l’ injuste détérioration des termes de l’ échange.

Lisez le livre de Rodney King: How Europe Underdeveloped Africa (Comment l’ Europe a appauvri l’ Afrique) et vous comprendrez que la population n’a rien à voir avec nos problèmes. Au contraire, c’est une source de richesse, la population. C’est le mal – développement qui vous donne cette illusion optique mentale que la population en est la cause. La France , pour 550 000 kilomètres carrés compte 66, 81 millions d’ habitants.

Le Burkina –Faso a 275000km carrés (la moitié de la superficie de la France) pour 17 millions. Même si le Burkina- Faso avait 34 millions d’ habitants, la moitié de la population française, il n’ y aurait encore pas de surpopulation, puisque la France n’ est pas encore surpeuplée,  pour respecter le rapport population- superficie. Le Problème est ailleurs.   Notre ancienne puissance colonisatrice, si elle n’est pas tout notre problème, fait en tout cas partie de notre problème. Si ce n’est pas une honte pour la conscience humaine, comment des gens vont cultiver leur coton, avoir leur or, leur café, leur cacao (la Côte- d’ Ivoire à  elle seule produit les 3/4 du cacao mondial) mais c’est vous qui fixez les prix à l’ achat  à la Bourse de Paris, au Stock Exchange de Londres ou de New York?

Vous allez transformer ces produits et vous revenez, c’est encore vous qui fixez les prix avec la valeur ajoutée.  Comment expliquer que l’Afrique soit à la fois si riche  et si pauvre ? L’ esclavage barbare, primitif est fini mais l’ esclavage plus fin, plus civilisé, pour coller  au ton de votre sermon,  continue sous d’ autres formes. Je ne disculpe pas les africains.  

Notre propre comportement fait que l’Europe n’ a ni respect pour ni peur de nous. Il y a d’ autres peuples qu’ elle n’a pas envie de respecter  à cause de l’ eurocentrisme dont j’ ai parlé tantôt, mais à tout le moins, elle a peur de ces peuples- là. Suivez mon regard. C’est pourquoi un jeune homme comme Macron qui pouvait bien être mon fils, peut nous parler avec un tel aplomb. Macron, le problème de l’Afrique n’est pas  civilisationnel (sic), il est surtout relationnel avec l’ Europe et l’ occident en général.

Max Weber disait que le noir  n’ est pas encore sorti de son sommeil cataleptique et que l’Europe avait la rationalité voulue pour impulser le développement actuel du monde. Je me porte  en faux contre de telles allégations avantageuses.  C’est une question de centre et de périphérie, c’est une question de division mondiale du « travail » avec toutes ses iniquités criardes que l’on connaît.

Touorizou Hervé Somé, Ph. D.

Sociologie de l’Éducation/Éducation Internationale Comparée

Maître de Conférences (Associate Professor)

Ripon College, Wisconsin

États- Unis

[email protected]



B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *