Kounkounfouanou : Un ultimatum de 48 heures aux paysans pour déguerpir

651 0

« Très tôt ce matin, deux pick-up de la CRS (Compagnie républicaine de sécurité), ils étaient au nombre de 18 (hommes), ils sont arrivés à Kounkounfouanou et ont intimé aux paysans de déguerpir le plus rapidement possible ». C’est en somme, l’information que Burkina 24 a reçue, le lundi 17 juillet 2017 d’une source proche du dossier.

Selon la source, un ultimatum de 48 heures a été donné aux habitants de la zone sinon, relate la source, « un renfort viendra raser le village ». La même source relate que lorsque les éléments de la « CRS » sont rentrés dans les maisons pour donner l’information, « certains ont eu peur et se sont mis à fuir ».

Conséquence, deux enfants sont portés disparus. A l’heure où nous traçons ces lignes, un pickup est stationné à l’école et l’autre a replié à Natiaboani, indique la source. Mais le Mouvement burkinabè des droits de l’Homme et des peuples (MBDHP) a pris contact avec le Gouvernement de la région de l’Est et une rencontre serait prévue pour demain mardi 18 juillet 2017.

Lire aussi 👉Kounkounfouanou ou les oubliés de la guerre des terres

Le 7 juillet 2017, l’Organisation démocratique de la jeunesse du Burkina Faso (ODJ), section du Gourma avait informé de la « visite » des forces de l’ordre pour sommer les habitants de Kounkounfouanou de déguerpir. Concernant leur déguerpissement, Moussa Diagbouga porte-parole de la communauté n’y voit pas d’inconvénients, mais indique-t-il : « il nous faut un site d’accueil. C’est cela qui pose problème ».

Pour rappel, le Premier ministre Paul Kaba Thiéba, interpellé sur le sujet, avait affirmé qu’il allait suivre le dossier.  « C’est une question que nous allons examiner. Je vais immédiatement demander un rapport au ministre en charge des mines et au ministre en charge de l’Administration territoriale pour faire le point sur cette affaire qui me semble être sérieuse », avait-il dit le 19 juin 2017.

Suivez ici, l’histoire de Kounkounfouanou

Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24



Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *