TIC en Afrique : Des acteurs réunis à Ouaga pour une « révolution 4.0 »

223 0

Ouagadougou accueille du 20 au 21 juillet 2017, la deuxième édition de l’IT Forum Burkina Faso. En présence de plusieurs acteurs du monde du numérique, la rencontre internationale sera notamment marquée par des panels et des rencontres B to B.

Le secteur du numérique, faut-il le rappeler, offre une gamme variée d’opportunités. Toutes les branches d’activités peuvent en tirer profit. Tandis que des pays africains sont cités comme exemples dans le monde, d’autres présentent encore un faible taux de pénétration numérique. Comment booster la transformation digitale en cours en Afrique pour le bonheur de tout le continent ? Les acteurs militant en faveur d’une « révolution 4.0 » bien réussie s’interrogent. Ils tentent, depuis belle lurette, d’accorder leurs violons.

IT Forum s’affiche comme le rendez-vous incontournable de l’économie numérique africaine. Il est organisé régulièrement par « Cio-Mag » dans plusieurs pays d’Afrique. Après Dakar, Lomé, Cotonou, Kinshasa et Casablanca cette année, le forum est à sa deuxième édition au « Pays des Hommes intègres ».

Du 20 au 21 juillet 2017, Ouagadougou sera la capitale de la transformation digitale en Afrique. « Infrastructure e-Gouv, harmonisation fiscale : Quelle approche pour booster le numérique en Afrique ». C’est le thème général de l’IT Forum Burkina Faso 2017. Pour Mohamadou Diallo, Directeur général de CIO MAG, « l’étape de Ouagadougou représente une étape importante ». Il s’agit, dit-il, notamment d’accompagner et de promouvoir toute initiative dans le secteur du numérique en vue de faire émerger les meilleures pratiques.

« C’est la raison d’être de CIO MAG qui depuis sa création participe à la prise de conscience du rôle crucial du numérique pour réduire la pauvreté et favoriser l’atteinte des objectifs de développement durable », a indiqué Mohamadou Diallo. Selon lui, dans cet élan, aucun domaine de la vie sociale ne doit être occulté : éducation, santé, agriculture, commerce, etc. « L’Afrique doit prendre en main son destin numérique en faisant concurrence et en investissant sur sa jeunesse », a-t-il soutenu.

Ne surtout pas manquer le train de la digitalisation…

Le Burkina Faso, à l’instar des autres pays, considère les TIC comme un outil essentiel de développement durable et a engagé depuis l’an 2000 bon nombre de projets de transformation numérique. Le pays ne compte pas rester en marge de la transformation digitale en Afrique. Le projet e-Burkina est déjà en cours, s’est défendue la ministre burkinabè des TIC, Hadja Fatimata Ouattara/Sanon.

Elle est convaincue que si l’Afrique veut réussir son développement socioéconomique, elle n’a pas le droit de manquer le train de la digitalisation qui est aujourd’hui considéré comme la « révolution 4.0 ». « Vive la révolution 4.0 ! », a scandé la ministre burkinabè du développement de l’économie numérique et des postes.

Hadja Fatimata Ouattara a salué les participants pour leur détermination à permettre à l’Afrique en général et au Burkina Faso en particulier d’atteindre une digitalisation réussie pour le bonheur des populations. Cette deuxième édition de l’IT Forum Burkina Faso sera marquée par des panels d’experts, des échanges participatifs et des rencontres B to B.

Divers sous-thèmes seront abordés notamment les rôles des infrastructures dans la transformation numérique, l’enjeu de la stabilité réglementaire et financière pour favoriser la création d’écosystèmes numériques, la confiance numérique et la modernisation des Etats africains. Plusieurs intervenants venus du Togo, de la Côte d’Ivoire, de la France, du Sénégal, participent également à ces rencontres.

Noufou KINDO

Burkina 24

Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre