Académie de Police de Pabré : Les élèves plantent « la vie »

623 0

La 2e promotion des élèves policiers de l’Académie de Police de Pabré n’a pas dérogé à la tradition. Ils ont procédé le jeudi 20 juillet 2017, à la reforestation de leur cadre de vie. Ce sont plus de 1.000 plants qui ont été ainsi mis en terre sur un espace de près de 2 hectares, selon le Commissaire divisionnaire de Police, Amadou Guigma, Directeur de l’Académie.

C’est dans le cadre de leurs activités parascolaires que les élèves commissaires et élèves officiers de l’Académie de Police ont initié, sous « l’instigation » de l’administration, une plantation d’arbres dans l’enceinte de leur établissement. Cette activité, selon le délégué général des élèves, l’Elève commissaire de Police Sam Tibila Achile, caractérise « (leur) attachement à un cadre de vie agréable et symbolise la solidarité et le don de soi au profit des générations futurs ».

Pour la réalisation de cette activité, les élèves commissaires et élèves officiers ont porté leur choix sur le Larlé Naaba Tigré comme parrain. Ce dernier y a marqué son accord et a participé au reboisement de l’Académie en y apportant des dons divers. Dans l’immédiat, ce sont 500 pieds de jatropha sur une promesse de 3.000 qui ont été mis à la disposition de l’Académie. En sus de cela, « chaque élève a apporté son arbre (des arbres fruitiers, ndlr) », indique le Directeur de l’Académie, le Commissaire divisionnaire de Police Amadou Guigma.

Pour leur entretien, les élèves ont la responsabilité de suivre les arbres jusqu’à leur sortie de l’école (deux ans).  Et selon le délégué général des élèves commissaires et élèves officiers, une organisation est déjà faite. « Chacun de nous a déjà pris l’engagement de planter, c’est déjà un dévouement », ajoute-t-il.

Le parrain de l’activité de reboisement, le Larlé Naaba Tigré a exhorté ses filleuls à poursuivre et à emprunter le chemin de la protection de l’environnement car, dit-il, « la vie sans arbre, c’est comme la vie sans eau, elle est très difficile ». Et à l’en croire, en procédant à la reforestation de leur cadre de vie, « c’est montrer combien les policiers sont en phase pour la protection et la promotion de l’environnement ».

Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24



Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *