Dr Oumar Traoré : « Le bio, ce n’est pas forcement bon »

Le Forum ouvert sur la biotechnologie agricole (OFAB) a rencontré le samedi 22 juillet 2017, des Organisations de la société civile (OSC) burkinabè à Ouagadougou. Cette rencontre est conçue comme une session de renforcement de capacité sur la biotechnologie et la biosécurité.

Pour cette rencontre avec les Organisations de la société civile (OSC), selon Harouna Benao, membre de l’OFAB, « c’est d’apporter l’information scientifique juste au grand public ». Celle-ci intervient après des sessions avec les journalistes, des professeurs et étudiants, des ONG et associations qui œuvrent pour la sécurité alimentaire.

Lire 👉👉 Biotechnologies: « Elles peuvent contribuer à l’atteinte de la sécurité alimentaire »

Dr Oumar Traoré, directeur du laboratoire national de biosécurité dans sa lancée d’information précise que la biotechnologie englobe les Organismes génétiquement modifiés (OGM). « Les OGM ne sont qu’une des techniques des biotechnologies », précise-t-il en donnant des exemples : le yaourt, le soumbala, le vinaigre, ce sont des biotechnologies.

Par cette activité, Dr Oumar Traoré indique qu’il ne s’agit pas de la promotion de la biotechnologie. « On informe le public pour que les gens pour que chacun puisse prendre sa décision (…). L’OGM ce n’est pas la solution pour tout, il y a des cas où l’OGM ne peut pas résoudre notre problème ».

Lire 👉👉 Le prix OFAB pour encourager l’excellence journalistique en biotechnologie agricole

Quant à la consommation des aliments dits bio prônée par plusieurs mouvements à travers le monde, Dr Traoré relativise : « Le bio, ce n’est pas forcement bon. Il faut faire attention à ce qu’on mange », avance-t-il avant de s’expliquer : « si vous regardez chez nous, quand vous prenez des ordures ménagères et vous les jetez dans un champ, vous ne savez pas ce qui est mis là-bas. Les métaux lourds, les piles par exemple, remontent dans les plantes ».

Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24



Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page