Syndicat des administrateurs civils : « Le moment est propice pour agir »

272 0

Le 4 mars 2017, le Syndicat national des administrateurs civils, des secrétaires et adjoints administratifs du Burkina (SYNACSAB) voyait le jour. Le 26 avril 2017, il soumettait sa plate-forme revendicative. Le 9 juin 2017, le syndicat « mettait en garde (les) autorités contre toute attitude dilatoire et annonçait un sit-in en l’absence de proposition concrète ». Le 23 juin 2017, le SYNACSAB fut convoqué à une séance de travail qui « accoucha d’une souris ». Le 28 juin, le syndicat tenait un sit-in et le 5 juillet 2017, 76 des leurs (des préfets) sont relevés.

Le mardi 25 juillet 2017, le Syndicat national des administrateurs civils, des secrétaires et adjoints administratifs du Burkina (SYNACSAB) a animé sa 3e conférence de presse. Objectif, faire le point de la lutte et rassurer l’opinion de « la légitimé et de la légalité des actions qu’il mène ». Par la voix de son secrétaire général national Adama Bidiga, le syndicat explique qu’ « aucun texte de loi, ni de règlement n’interdit à un chef de circonscription administrative de se syndiquer ou d’aller en grève ».

Après son sit-in du 28 juin 2017 où 76 préfets, dont 70 qui y ont pris part, ont été relevés de leur fonction, le syndicat a condamné « avec la dernière énergie, l’attitude du gouvernement ». Une grève de 72 heures (du 26 au 28 juillet 2017) était prévue. Mais au préalable, un sit-in a été organisé les 10 et 11 juillet 2017.

A l’issue de ce sit-in, une rencontre d’échange autour de sa plate-forme a eu lieu le 20 juillet 2017 avec le ministre de l’Administration territoriale et de la décentralisation. Au cours de celle-ci, 8 points, un condensé des 29 de la plateforme revendicative ont été satisfaits, selon Adama Bidiga. Ainsi, le mot d’ordre de grève de 72 heures a été suspendu. Partant, rassure M. Bidiga, « le SYNACSAB n’a pas pour vocation d’empêcher le ministre d’accomplir les missions à lui assignées ».

Revenant sur le laps de temps entre la naissance du syndicat et les revendications, Adama Bidiga répond que « les préoccupations n’attendent pas ». Et poursuit-il, « je dirais que le moment est propice pour le syndicat d’agir. On ne peut continuer à différer les cas d’injustice ». Ainsi, le secrétaire général national du SYNACSAB note qu’ils ont « dormi sur (leurs) préoccupations depuis des années et il était temps pour (eux) d’aller au front ».

Les journalistes présents à la conférence de presse ont demandé la plateforme revendicative, in extenso, sans succès. « C’est un document très important qui ne devrait pas se trouver sur la place publique », a avancé Adama Bidiga. Par ailleurs, à propos des 76 préfets, le syndicat ne compte pas entamer une procédure judiciaire.

Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24

Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre