Vaccination au Burkina: Des OSC à la recherche de financement interne

250 0

Trouver des sources de financement internes pour les vaccinations, c’est la problématique que se posent des acteurs pour la vaccination.  Une quarantaine de membres de la plateforme nationale des ONG et associations de soutien à la vaccination du Burkina Faso réfléchissent sur la question. Venus de plusieurs régions du pays, ils se sont  réunis à Ouagadougou en atelier du 26 au 28 juillet 2017.

Les acteurs de la société civile de soutien à la vaccination sont partis du constat que la couverture vaccinale au niveau national a une forte dépendance des partenaires extérieurs. De plus, il y a des menaces de ruptures d’approvisionnement du pays en vaccins qui pourraient entacher les acquis engrangés.  Ils mènent par conséquent le débat pour trouver d’autres sources de financement et ce, au niveau national.

Les bienfaits de la vaccination ne sont plus à démontrer. En effet, révèle Omer Ouédraogo, chargé de programme au Secrétariat Permanent des Organisations non Gouvernementales (SPONG),  la vaccination a permis d’éviter environ 2,5 millions de décès d’enfants dans le monde, selon l’UNICEF et l’OMS.

La réduction de la mortalité liée aux maladies évitables par la vaccination au Burkina Faso est fort perceptible. A titre d’exemple,  cite-t-il, des maladies comme la variole ne sont plus de ce monde et des progrès vers l’éradication  de la poliomyélite se dessinent. De nouveaux vaccins contre les hépatites virales, les méningites ont été introduits dans le programme élargi de vaccination de routine( PEV).

Eugène Bakouan, facilitateur de la plateforme nationale des ONG et associations de soutien à la vaccination du SPONG

Cependant, ces efforts et ces acquis sont à mettre au compte des partenaires étrangers. « On s’est dit est-ce que ce n’est pas opportun que nous, organisations  de la société civile, attirons l’attention des acteurs du Burina par rapport à la nécessité qu’il y ait un appui interne à la sécurisation des intrants pour la vaccination », s’interroge Eugène Bakouan, facilitateur de la plateforme nationale des ONG et associations de soutien à la vaccination du SPONG.

Réunis autour de la plateforme de la santé du SPONG, ces OSC pour la vaccination se donnent pour tâche de trouver des mécanismes formels de mobilisation interne de ressources.

Pour eux, il s’agit  de la survie même du programme de vaccination nationale et l’objectif ici est de trouver de  nouvelles sources pour contribuer à l’accroissement du financement en faveur de la vaccination au Burkina Faso.

«C ‘est nécessaire et utile. La vaccination est la base de la santé de l’enfant et il faut mobiliser les ressources pour venir à bout de l’immunisation des enfants. On ne peut pas toujours compter sur les partenaires externes. Il faut voir en interne et identifier  ceux qui peuvent aider pour avoir les vaccins nécessaires pour les enfants », ajoute   Alice Zoungrana / Kaboré, pédiatre et membre de la plateforme.

Les participants à la rencontre

Au terme des 72 heures de réflexion, les participants devront s’accorder  pour trouver une feuille de route à opérationnaliser. Des plaidoyers à l’endroit de l’Etat aussi bien que des acteurs, des particuliers et des organisations non gouvernementales susceptibles de mettre la main à la poche, sont aussi prévus.

La plateforme nationale des ONG et associations de soutien à la vaccination est mise en œuvre en 2015 par le Secrétariat Permanent des Organisations non Gouvernementales (SPONG) avec l’appui de l’Agence mondiale pour la vaccination (GAVI).

Revelyn SOME

Burkina24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre

COMMUNIQUE RGPH

Posté par - 10 décembre 2019 0
Le dénombrement de la population dans le cadre du cinquième Recensement général de la population et de l’habitation (5e RGPH)…