Contre le terrorisme au Burkina : Des gendarmes et policiers à l’ONU apportent leur soutien

Des gendarmes et policiers burkinabè, en mission de l’ONU en République démocratique du Congo, apportent leur contribution dans la lutte contre le terrorisme au Burkina. Ce 27 juillet 2017, ils ont remis une enveloppe financière d’environ 5 millions de F CFA au premier responsable du ministère de la sécurité.

Au nombre de 30 dont 15 dames, les policiers et gendarmes représentant le Burkina Faso dans la mission de stabilisation en RDC, ont apporté leur contribution dans la lutte contre le terrorisme.

« Une figue donnée avec beaucoup de respect, vaut mieux qu’une noix de cola donnée de façon négligée », a caricaturé le ministre de la sécurité, Simon Compaoré qui a salué le geste.

« L’argent sera utilisé à bon escient », a rassuré le ministre d’Etat tout en remerciant le contingent. Il a appelé chaque Burkinabè à faire des gestes allant dans ce sens afin de contribuer à résoudre les problèmes de sécurité que le pays connait.

Après la remise symbolique de l’enveloppe, Simon Compaoré a instruit l’adjoint au Directeur des affaires financières dudit ministère à procéder au décompte de la somme. A l’issue du décompte, l’Adjudant-Chef Major Paul Kaboré a déclaré qu’« il y a 100 billets de 100 dollars, soit une somme de 10.000 dollars » (environ 5 millions de francs CFA).

« Nous allons toujours réagir en fonction des besoins du pays pour apporter notre contribution. Nous travaillons en étroite collaboration entre nous là-bas, avec les autres nationalités. Parce que les Nations Unies, c’est le professionnalisme, c’est l’intégrité et le respect de la diversité. Nous, nous sommes là-bas, mais nous suivons ici », a déclaré Noungaté Ernest Da, Commissaire principal de la Mission des Organisations des Nations Unies pour la stabilisation en RDC.

A l’en croire, il existe aussi des groupes d’autodéfense en République Démocratique du Congo. « Quand on parle de Koglweogo, là-bas, on les appelle Maï Maï. Ce sont des organisations d’autodéfense de la population qui ont pris d’autres formes, d’autres aspects. Aujourd’hui, au lieu de défendre la population, ils sont même contre la population. Nous voyons également le terrorisme« , a relaté Noungaté Ernest Da.

Yasmine Fabienne Sanon (Stagiaire)

Burkina 24



Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page