Burkina : L’ARCN veut revaloriser le Burkinabè

L’Association pour la renaissance d’une citoyenneté nouvelle (ARCN) est un mouvement émancipateur qui prône la restauration de l’intégrité au « Pays des hommes intègres ». Les membres de la structure ont tenu un point de presse ce mardi 1er août 2017 à Ouagadougou.

Cette sortie médiatique marque le lancement de l’ARCN, ce mardi 1er août 2017. « L’ARCN est un regroupement de citoyens déterminés à redonner un souffle nouveau au Burkina Faso à travers la recherche d’hommes et de femmes à même de servir d’exemples pour les générations montantes et à venir », a expliqué le président, Mousbila Sankara.

Il a pris des exemples sur le Mogho Naaba Wobgho, le président Maurice Yaméogo,  le capitaine Thomas Sankara, le journaliste Norbert Zongo et le Général Yacouba Isaac Zida. Pour lui, à la lumière de ce qui a été réservé à ces quelques icônes nationales, comment ne pas comprendre que la jeunesse manque de repères.

« Nous voulons participer à l’éveil des consciences pour une responsabilisation plus accrue de chaque citoyen  et également rechercher des patriotes qui sont capables de mourir pour la patrie», a-t-il mentionné.

Mousbila Sankara, a affirmé qu’ « en lançant cette structure, nous sonnons le regroupement de tous les patriotes à faire du Burkina Faso un grand chantier de développement par toutes et pour tous ». Il prône également une société respectueuse des valeurs éthiques, morales et environnementales.

Il a laissé entendre que la société nouvelle à laquelle il est fait appel doit pouvoir se donner un système de choix de des futurs responsables à tous les niveaux. 

Comme action sur le terrain, l’association attend protéger et développer les plantes qui entrent dans les habitudes alimentaires des Burkinabè. 

Pourquoi le parti n’a eu que 2% aux élections après tant d’années de lutte ?

Mousbila Sankara est un militant du parti de l’UNIR/PS. Concernant son engagement politique et l’association, il répond que « je reste un militant ».

Il a précisé que ce qu’il fait peut être bénéfique pour son parti. Il s’est également posé la question de savoir « pourquoi le parti n’a eu que 2% aux élections après tant d’année de lutte ? ». « Ce n’est pas l’idée de Thomas Sankara qui n’est pas bien. L’UNIR/PS a intérêt à ce que cette association découvre des hommes qui peuvent faire rayonner le parti », a-t-il ajouté.

A la suite de ce point de presse, l’ARCN compte organiser une conférence publique à l’université sur l’avenir du Burkina Faso et des plantations d’arbres qui entrent dans la consommation alimentaire quotidienne.

Jules César KABORE

Burkina 24

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page