Sabcé : Le Commissariat de police « construit sous la révolution » en reconstruction

634 0

Les travaux de construction du Commissariat de police de la Commune rurale de Sabcé, située dans la Province du Bam et à environ 15 km de Kongoussi, ont été lancés ce vendredi 4 août 2017. La cérémonie a été présidée par le ministre d’Etat, Simon Compaoré.

La cérémonie de lancement des travaux de construction du Commissariat de police de Sabcé, selon un post du ministère de la sécurité, s’est déroulée en présence de plusieurs personnalités. La population était également aux côtés des autorités.

« Nous sommes heureux de la pose de la première pierre du commissariat de police de Sabcé. Le bâtiment qui abritait le commissariat a été construit sous la révolution par les CDR (Ndlr : Comités de défense de la révolution) de Sabcé. Nous disons merci à la société minière Bissa Gold d’avoir entendu notre cri de cœur », s’est réjoui Rigobert Nassa, Maire de la Commune de Sabcé, selon les propos rapportés par la Direction de la communication du ministère de la sécurité.

Il a tenu à remercier la population et les autorités pour leurs soutiens multiformes. Selon Dr Christian Ouédraogo, Directeur général adjoint de Bissa Gold, l’état de dégradation du commissariat ne date pas d’aujourd’hui et interpellait plus d’un.

« Notre société, présente dans cette localité ne pouvait rester insensible à cet état de fait, car nous sommes conscients que la question de la sécurité n’est pas seulement l’affaire des autorités ou des forces de défense et de sécurité, mais l’affaire de tous les citoyens », a-t-il déclaré.

Il dit espérer que ce nouveau bâtiment viendra sans nul doute permettre au personnel de la Police nationale de travailler dans de meilleures conditions afin de protéger davantage les personnes et leurs biens dans la région.

Le ministre de la sécurité, Simon Compaoré, au nom du Président du Faso et du Premier ministre, a traduit sa reconnaissance à la société Bissa Gold. Il a invité les populations à entretenir une bonne et parfaite relation avec la société minière et les forces de sécurité. Simon Compaoré a par ailleurs annoncé, pour très bientôt, le renforcement du personnel du Commissariat.

Synthèse de Noufou KINDO

Burkina 24



Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Article similaire

Il y a 1 commentaire

  1. Les citoyens devraient faire l’effort de mieux comprendre le sens profond du bien commun. C’est tout ce qui appartient à tous et à chacun. Le territoire national, les édifices et infrastructures publics (services publics, routes, barrages, ponts etc…).constituent entre autres, le bien commun des citoyens burkinabè qu’ils doivent protéger et renforcer. Dans des établissements scolaires, cette notion de biens communs est enseignée dans le programme d’Education Civique et Morale(E.C.M).Ainsi, les élèves, étudiants et tous les citoyens burkinabè doivent éviter de saccager des biens publics comme les commissariats de police, les brigades de gendarmerie, les routes bitumées et bien d’autres infrastructures qui sont le patrimoine national. Dans la ville de Ouagadougou, les citoyens ont compris qu’ils ne doivent plus casser les feux tricolores lors des manifestations de protestations car, cela expose tout le monde à des risques d’accidents. De même, saccager des services de sécurité et de justice, prive les citoyens de la possibilité de légaliser des documents, d’avoir des casiers judiciaires pour les concours, des certificats de nationalité etc…Le ministre d’Etat en charge de la sécurité, Simon Compaoré fournit des efforts pour le renforcement des équipements des agents et services de sécurité. Il a fait le tour de commissariats et brigades de gendarmerie à travers les différentes régions du pays, pour constater de visu, les réalités des services de sécurité, dans l’optique de trouver des solutions adéquates en termes d’équipements et de réhabilitation des infrastructures. C’est ainsi qu’il est un interlocuteur crédible au sein du gouvernement et auprès des partenaires techniques et financiers pour des plaidoyers en faveur des appuis conséquents au secteur de la sécurité au profit de tous. La lutte contre le terrorisme demeure une action de tous les citoyens par une collaboration en matière de renseignement avec les Forces de Défense et de Sécurité(FDS), pour éviter les attaques contre les populations et les services de sécurité. Les citoyens peuvent aussi téléphoner gratuitement aux numéros suivants pour signaler tout cas suspect ou d’attaque : 17(police) ,16(gendarmerie) ,1010 (service de veille de la sécurité).

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *