Planification santé : Revue à mi-parcours du PNDES

488 0

Une revue à mi-parcours de la mise en œuvre de Plan national de développement  économique et social (PNDES) de l’année 2017 concernant la planification de la santé. C’est à cet exercice  auquel se donnent les responsables des différents secteurs concernés  par ce secteur ce mardi 08 août 2017 à Ouagadougou.

Les mécanismes de suivi et évaluation du PNDES prévoient des revues sectorielles annuelles à mi-parcours à travers des cadres sectoriels de dialogue.

Celui de la planification santé statue ce mardi sur  le développement du capital humain tel que prôné dans le PNDES dans son objectif stratégique 2.1 : « Promouvoir la santé des populations et accélérer la transition démographique ».

Pour l’atteinte de l’objectif du développement du capital humain à travers la santé, trois effets sont attendus pour l’atteinte de cet objectif : l’accès aux services de santé de qualité garantis pour tous, l’amélioration de la nutrition de la population et l’accélération de la transition démographique.

 Le ministère de la santé, le ministère de la femme, de la solidarité nationale et de la famille et le ministère de l’agriculture et des aménagements hydrauliques qui constituent les secteurs concernés par la planification santé et conviés à ce dialogue du jour, devront mesurer et porter un regard analytique sur les performances et les insuffisances pour l’atteinte de l’objectif d’ici 2020.

Une vue du public

Pour le ministre de la santé, Nicolas Méda, ce sont des résultats appréciables déjà atteints  à mi-parcours. Puis, cite-t-il  en exemple, l’accès aux soins avec la politique de gratuité, « des efforts sont faits bon an mal an, près de 4  millions de femmes déjà dans les 6 premiers mois ont eu accès aux soins autant que leurs enfants ».

Les écarts concernent essentiellement, la  transition démographique où des efforts restent encore à faire pour que la planification familiale devienne une réalité.

Nicolas Méda, ministre de la santé

« Aujourd’hui, nous sommes à 22,5% des femmes qui prennent une contraception moderne. Nous souhaitons arriver  à 32,5%  au terme du PNDES et moi je lance le défi que nous puissions arriver à 50% pour accélérer cette transition démographique », dit toujours le ministre.

Et la directrice de l’équipe santé de l’USAID, Bijou Muhura de rappeler  que l’OMS est là pour accompagner le ministère de la santé burkinabè pour relever le défi de la planification familiale afin d’atteindre cette démographie souhaitée.

Les travaux du jour sont consacrés à l’examen du rapport sectoriel  de performance à mi-parcours du PNDES de l’année qui s’articule autour de quatre points.

 Ce sont l’état de mise en œuvre du PNDES à mi-parcours dans le secteur en 2017 aux niveaux des effets attendus, l’état de fonctionnement du cadre sectoriel de dialogue de  janvier à juin 2017, l’analyse de l’efficacité de la coopération au développement et l’appui budgétaire général au secteur et enfin le bilan à mi-parcours  des reformes stratégiques et des investissements structurants.

Le ministre pour finir a invité les participants à examiner sans complaisance le document soumis à leur sanction.

Revelyn SOME

Burkina24

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *