Bobo- Dioulasso : Des policiers municipaux étaient en sit-in

753 0

Des agents de la police municipale de Bobo-Dioulasso ont organisé un bref sit-in au siège de l’institution, dans la matinée du jeudi 17 août 2017, pour contester l’organisation d’un concours professionnel.  Ils réclament plutôt leur avancement.

Alors que l’autorité municipale organise des concours professionnels, plus d’une centaine d’agents de la police municipale de Bobo-Dioulasso, qui se disent brimés depuis, réclament leur reclassement. Aussi, très tôt ce jeudi matin, dès 6h, les policiers ont manifesté un mouvement d’humeur à leur siège, pour dénoncer ce qu’ils ont qualifié de discrimination.

En effet, c’est en fin de la semaine dernière que les agents de la police municipale de Bobo-Dioulasso ont été informés, à travers une note de service, de l’organisation des concours professionnels, relatifs au recrutement d’un commissaire, de deux contrôleurs et de cinq assistants de police.

Mais pour les agents de la police municipale, l’organisation de ces concours professionnels n’est pas opportune. L’urgence, selon eux, se situe à un autre niveau. Malgré leur ancienneté, disent-ils, la plupart des agents n’ont jusqu’ici bénéficié d’aucun avancement. Les policiers demandent donc le reclassement de tous les agents de la police municipale de Bobo au rang des assistants, plutôt que de procéder à ces concours professionnels dont les lauréats sont peut-être déjà connus, disent-ils.

Les policiers municipaux de Bobo souhaitent que soit revu le diplôme pour postuler au corps (BEPC minimum). Car, selon eux, s’il se trouve qu’ils y a des agents qui, malgré leur quinzaine d’années de service,  n’ont toujours pas vu leur statut évoluer, c’est parce qu’ils ont été recrutés avec un niveau bas, inférieur au BEPC.

Par Lassina Fabrice SANOU

Correspondant Burkina24 à Bobo-Dioulasso



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *