Côte d’Ivoire: Abidjan renforce sa sécurité

465 0

A Les autorités ivoiriennes entendent prendre la pleine mesure des derniers événements de Ouagadougou, relatifs à l’attaque terroriste qui a coûté la vie à une vingtaine de personnes, le dimanche 13 août dernier. Ainsi, un renforcement des dispositifs sécuritaires est enclenché sur les sites touristiques d’Abidjan, la capitale économique ivoirienne et de sa banlieue, a constaté Burkina24 à Abidjan.

“Quand on parle d’attaque terroriste à Ouagadougou et pendant que nos frères Burkinabè pleurent, nous ici en Côte d’Ivoire, nous sommes à la fois compatissants mais surtout presque convaincus que ce sera à notre tour prochainement, et ce même si, nous ne le souhaitons le moindre du monde”, confesse un fonctionnaire dans les rues du plateau, le centre d’affaires et quartier administratif abidjanaise.

“Même si comparaison n’est pas raison, en 2016, c’est-à-dire, l’année dernière, c’est seulement deux mois après l’attaque de l’hôtel Splendid et du café Cappuccino à Ouagadougou que les terroristes ont frappé à Grand-Bassam”, conclut-il.

Les hôtels et sites balnéaires tant à Abidjan qu’a Grand-Bassam, séparés d’une trentaine de kilomètres, connaissent une intensification des patrouilles policières.

A l’entrée des hôtels et des sites abritant des événements populaires, les agents de la sécurité privée, sous le regard de policiers, multiplient les fouilles corporelles.

En plus des agents de sécurité privée et des forces de défense, certains établissements hôteliers s’attachent les services de chasseurs traditionnels communément appelés les Dozos, réputés pour leur sagacité au moyen de leur propension à allier le mystique et le physique.

Dans tous ces établissements, l’heure est à la mise à jour et à la maintenance des installations de télésurveillance.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU                                                                                                                               Burkina24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre