UCAP-Burkina : Vers la mise en place d’une structure ouest-africaine

668 0

L’Union Catholique Africaine de la Presse (UCAP- Burkina)  a sonné le rassemblement à Banfora, du 10 au 16 Août dernier à l’occasion de la Semaine du Communicateur catholique tenue autour du thème : « Le  Communicateur catholique face à l’incivisme et la perte de nos valeurs ». Les travaux se sont déroulés au Centre d’Accueil et de Formation Ste Marthe de Banfora (CAF). Y ont pris  part une soixantaine de membres des UCAP  du Burkina Faso, de  Côte d’Ivoire, du Mali, du  Togo, du Bénin et du Ghana.

En initiant cette rencontre sous régionale  l’UCAP-Burkina visait à renforcer les capacités des journalistes et communicateurs catholiques en matière de traitement de l’information dans un contexte d’incivisme et de perte des valeurs morales , à encourager les jeunes journalistes à une quête permanente de l’honnêteté intellectuelle , à  promouvoir les valeurs culturelles à travers les productions journalistiques et attitudes quotidiennes des journalistes.

Ironie du sort, les participants à la semaine du communicateur catholique ont été victimes d’un acte incivique le jeudi 10 août, jour de leur départ de Ouagadougou. En effet, la délégation a été stoppée à quelques 15 Km de Bobo-Dioulasso par le syndicat des chauffeurs routiers en grève. Au bout de quelques 3 heures de discussions sans résultats, les responsables ont sollicité et obtenu des petits véhicules qui ont aidé à convoyer les participants sur Bobo-Dioulasso puis sur Banfora. Cette situation d’inconfort vécue par les participants conforte la pertinence du choix du thème par l’UCAP-Burkina.

La formation s’est étalée sur trois jours et s’est déroulée sous forme d’exposés. Ces communications étaient relatives à la perte des valeurs morales (causes, manifestations et conséquences pour notre société),  à l’influence des réseaux sociaux sur la cohésion sociale : (quel traitement journalistique et  quelle part contributive du journaliste dans la lutte contre l’incivisme). Les échanges  ont aussi porté sur l’impact de l’incivisme et de la perte de nos valeurs sur la santé sexuelle et reproductive des adolescents et des jeunes et sur le développement personnel.

L’autre point saillant de la semaine du communicateur catholique a été la tribune d’ échanges directs avec les autorités administratives, religieuses et militaires de la région des Cascades , avec Mme le gouverneur en tête,  autour de l’incivisme dans la région des Cascades et au Burkina Faso. Cette occasion a été belle pour que les délégués des 5 autres pays  partagent leurs expériences avec les représentants en matière d’actes inciviques

En marge de la formation, les participants ont visité la SN/SOSUCO ainsi que des sites touristiques comme les Dômes de Fabédougou et les Pics de Sindou.

Autour de Mgr Lucas Sanon, Evêque de Banfora et président de la Commission épiscopale des communications sociales, les participants à la semaine du Communicateur catholique ont utilement échangé et se sont félicités des réalisations du diocèse de Banfora, de ses projets en cours et de l’implication de l’Evêque dans la promotion des médias. Ainsi, une visite à la radio catholique Teria de Banfora est intervenue, une démarche visant à encourager le diocèse dans son élan.

La rencontre de Banfora  était placée sous la présidence de Mgr Lucas Sanon, Evêque de Banfora, et co-parrainée par le ministre en charge des Transports, Souleymane SOULAMA et le président du Conseil régional des Cascades, N’Golo Drissa Ouattara. Les participants ont salué la présence effective de la marraine de l’UCAP-Burkina, Béatrice DAMIBA, tout au long des travaux.

Le Maire de la ville de Banfora,  Aboubacar HEMA, a traduit sa gratitude et celle du Conseil municipal à l’UCAP-Burkina pour le choix de Banfora en vue d’abriter cette semaine du communicateur catholique. Il a souhaité que la tenue de cette rencontre sous régionale soit véritablement une occasion d’attirer l’attention du public sur le phénomène de l’incivisme qui prend de l’ampleur et ne connait ni de religion, ni de frontière. La province regorge d’énormes potentialités et le maire a invité les communicateurs à mettre à profit leur séjour pour découvrir les richesses touristiques de la Région des Cascades et de revenir chaque fois que de besoin.

Présente à cette rencontre, la 2è vice-présidente de l’UCAP/Afrique, Madame Victoria LUGEY du Ghana, a traduit le message de bons vœux du président de l’UCAP/Afrique, M. Georges Sunguh du Kenya. L’UCAP-Afrique  a d’abord félicité l’UCAP-Burkina pour l’initiative de cette activité. Elle s’est réjouie du  fait que l’UCAP Burkina travaille à garder la flamme de l’UCAP allumée dans la région ouest africaine. L’UCAP-Afrique a par ailleurs indiqué qu’une grande conférence de l’UCAP se tiendra en Août 2018 à Cape Town en Afrique du Sud sous le thème « La promotion de la paix et de la réconciliation en Afrique à travers l’éducation et les médias ». Il a, pour cela, invité les différentes UCAP à prendre les dispositions pour participer massivement à cette rencontre continentale.

Madame le Gouverneur de la région des Cascades, Léontine Zagré a salué l’intérêt du thème qui tient d’une part au fait qu’ « il permet le renforcement des capacités des journalistes et d’autre part au fait que cette formation porte sur un thème d’une actualité brulante à la lumière du constat fait au quotidien aussi bien en ville qu’en campagne. Selon elle, il est urgent que chaque composante de la société mène la réflexion et que des solutions idoines soient trouvées afin de permettre aux burkinabè de conjuguer leurs efforts pour penser au développement du pays. En effet, si l’incivisme prend aujourd’hui des proportions inquiétantes, c’est que la jeunesse en particulier et la population en général manquent cruellement de repères. Mme le Gouverneur a insisté sur l’objectif de la formation qui vise à cultiver le professionnalisme teinté de la foi catholique au sein de l’UCAP. Elle s’est félicitée que la réflexion sur la perte des valeurs peut permettre d’imaginer des mécanismes pour retrouver ce qui est utile et nécessaire à la construction d’une société et d’un Etat qui s’enracinent sur nos valeurs. 

Quant au président de l’UCAP-Burkina, président du Comité d’organisation,  Alexandre Le Grand ROUAMBA il  a remercié les autorités politiques et religieuses de Banfora qui ont soutenu l’organisation de cette rencontre. Il a rappelé que l’UCAP Burkina et les différentes associations nationales de journalistes se retrouvent annuellement à travers un refresher program. C’est l’une des activités majeures de la structure car elle permet de revisiter les fondamentaux de la foi catholique en lien avec la communication à travers des formations, de la sensibilisation, des rencontres et des témoignages. Ainsi après la Côte d’Ivoire en 2016, c’est le Sénégal qui devait constituer cette année le point de convergence des communicateurs catholiques de la sous-région. Mais en raison du contexte sécuritaire et des difficultés financières qu’impliquent l’option du transport aérien, ce regroupement n’a pu se tenir cette année dans ce pays frère. Alexandre Le Grand  ROUAMBA a également souligné que le thème de la Semaine du Communicateur catholique de cette année découle du constat évident que l’incivisme va de plus en plus grandissant au Burkina Faso. Une recrudescence de l’incivisme, dit-il, marquée par un manque d’intérêt pour la chose publique, une défiance de l’autorité de l’Etat, un incivisme routier qui endeuillent des familles, une persistance de la violence dans les établissements d’enseignements. A cela s’ajoutent la mal-gouvernance administrative, le manque de culture du civisme économique et social, les violences électorales et la pratique d’une justice privée. Toute chose qui remet en cause les acquis en matière de droits humains et constitue surtout un danger pour le développement et la cohésion sociale au Burkina Faso, a conclu Alexandre Le Grand ROUAMBA.

De par leur proximité avec les populations à la base, les médias constituent des relais dans la transmission des valeurs liées à la paix, à la tolérance et aux droits humains. Ils sont un canal de communication très puissant avec en plus une mission de service de l’information qui doit les amener à redoubler d’effort pour que les programmes en destination des populations puissent les sensibiliser à la citoyenneté et au civisme. Pour cela, le président de l’UCAP-Burkina a invité les différents à plus de discernement dans le traitement de l’information, car l’objectif final étant de construire et non de détruire

 Un soutien venu du Vatican

Les participants à la session de Banfora ont été touchés par l’attention accordée à la rencontre par le Saint Siège qui a tenu à leur envoyer un message par le biais de la directrice du Département théologico-pastoral du Secrétariat pour la Communication du Saint Siège, Natacha GOVEKAR. Elle  a exhorté les membres de l’UCAP à méditer un extrait du message du Pape François lors de la 51ème journée mondiale de la communication (JMCS) 2017: « La vie d’un homme n’est pas seulement une chronique aseptisée d’événements, mais elle est une histoire en attente d’être racontée à travers le choix d’une clé de lecture qui permet de sélectionner et de recueillir les données les plus importantes ».  C’est en cela que le Pape a invité les journalistes à communiquer avec confiance et espérance aux contemporains à la lumière de l’esprit Saint.

Mgr Lucas Sanon, président de la Commission épiscopale pour les moyens de communications sociales s’est réjoui de l’initiative de formation de l’Union Catholique Africaine de la Presse (UCAP) section du Burkina. Mgr Lucas Sanon, est revenu sur le métier du journaliste en citant les propos du Pape François lors de son adresse à près de 400 journalistes réunis le 22 septembre 2016 dans la Salle Clémentine du Vatican. Le Saint Père disait ceci à propos du journalisme : « Un métier qui, s’il est accompli avec professionnalisme, est une colonne portante, un élément fondamental à la vitalité d’une société libre et plurielle ». Et le Saint Père d’ajouter : « parce qu’ils écrivent la première mouture de l’histoire et qu’ils aident les personnes à interpréter les évènements, les journalistes ont un rôle d’une « grande importance » et « une grande responsabilité ».

Mgr Lucas Sanon s’est réjoui que l’UCAP s’inscrive dans une dynamique de partage d’expériences et d’enrichissement mutuel.

Il a souhaité que les recommandations issues de cette rencontre soient à même d’aider les Etats et les sociétés respectives à lutter efficacement contre l’incivisme qui menace dangereusement la paix sociale dans nos cadres de vie. Il a également formulé le vœu que le Saint Esprit inspire les journalistes et communicateurs catholiques afin qu’ils soient « Des instruments de construction » du bien commun, « un accélérateur des processus de réconciliation », rejetant tout langage qui nourrissent la logique de l’affrontement mais promeuvent au contraire une culture de la rencontre ».

Considérant la nature de l’Union catholique africaine de la presse qui réunit tous les journalistes et communicateurs catholiques de tous les pays et au regard du fait que les évêques en charge des communications sociales sont les parrains des différentes UCAP, les  participants à la semaine du communicateur catholique ont souhaité que Mgr Lucas Sanon, président de la Commission épiscopale des communications sociales et patron de la semaine du communicateur,  plaide auprès des autres évêques  pour un soutien aux journalistes catholiques dans les pays respectifs. Ils ont également souhaité que naisse une structure ouest-africaine de l’UCAP afin de fédérer toutes les énergies.

De manière globale, les participants des 6 pays  ont positivement apprécié l’organisation de cette session de formation. Du voyage, à l’hébergement et à la restauration en passant par les différentes communications, les messes, les visites des sites touristiques, les communicateurs catholiques ont tiré des motifs de satisfaction. Ils ont toutefois relevé quelques points qui devraient faire l’objet d’une plus grande attention à l’occasion des futures activités. Les organisateurs ont remercié toutes les bonnes volontés qui ont accompagné de manière multiforme la tenue de cette session de formation.

La Rapporteur Générale

Gilbertine RAMDE



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *