Halidou Ouédraogo : « La disparition de Salifou Diallo est un drame »

736 0

Les réactions des Burkinabè se poursuivent après l’annonce du décès du Président de l’Assemblée nationale burkinabè, le samedi 19 août 2017. Burkina 24 a encore promené son micro, le point.

Ali Ponré 1er, artiste musicien : Salifou Diallo « a été un catalyseur dans ma vie active »

« Le décès de Salifou Diallo est une perte pour le Burkina. Pour moi, il a été un catalyseur dans ma vie active. Car il m’a soutenu financièrement en me disant, ‘’je ne te connaissais pas mais je te soutiens parce ce que j’ai appris que tu es du Yatenga.

Je te soutiens mais je ne veux pas que tu chantes mon nom dans ton album. Je veux simplement aider’’ ».

Honora Bationo, fonctionnaire parlementaire : « Il avait donné une vie et une âme à l’Assemblée»

« C’est un grand choc pour tout le peuple burkinabè et en particulier pour les travailleurs de l’Assemblée Nationale. L’homme s’était véritablement engagé à révolutionner l’institution parlementaire. Sa manière de présider était différente de celles que nous avons connues. Il avait donné une vie et une âme à l’Assemblée en la dotant d’un plan stratégique du développement du parlement 2016-2020. Pour nous, ce plan augurait beaucoup de bonnes choses pour la démocratie burkinabè ».

Halidou Ouédraogo, président de la Commission constitutionnelle : « La disparition de Salifou Diallo est un drame »

« La disparition de Salifou Diallo qui est la deuxième personnalité du Burkina Faso est un drame. Mais c’est la vie comme cela. Il faut seulement prier Dieu pour que son œuvre se perpétue et que son institution continue de voter les lois, les consentir et faire en sorte que le courage qu’il a insufflé à la jeunesse de notre pays et à notre peuple puisse habiter tout un chacun. Il faut souhaiter beaucoup de courage aux dirigeants et au peuple ».  

Laurence Ilboudo/Marshal, député MPP : Salif Diallo « a aimé le Burkina plus que sa propre vie »

« Je pensais que c’était une blague, parce qu’il a quitté le Burkina très en forme. On a même eu des séances de travail, donc j’étais loin d’imaginer qu’il ne reviendrait pas. Nous sommes choqués. Nous prierons pour lui et sa famille.

Ce que je retiens de lui, c’était un homme de conviction, un homme très engagé et surtout un homme qui a aimé le Burkina Faso plus que sa propre vie ».    

Lire 👉👉👉 Zéphirin Diabré : Salifou Diallo « n’avançait pas masqué »

Propos recueillis par Jules César KABORE et Aimé KPODA (Stagiaire)

Burkina 24      

 



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *