Sécurité : « Des mesures fortes sont en train d’être prises » (Simon Compaoré)

287 0

Le ministère en charge de la sécurité avec la Commune de Ouagadougou et les services de sécurité ont rencontré les riverains de l’avenue Kwame Nkrumah. C’était une occasion de présenter le nouveau dispositif sécuritaire, ce lundi 4 septembre 2017 à Ouagadougou.

Dans le cadre de la sécurisation de l’avenue Kwame Nkrumah, le ministre de la sécurité, Simon Compaoré a rencontré les riverains, ce lundi 4 septembre 2017. Face aux détenteurs d’affaires, de commerces et à aux populations vivant à côté de l’avenue, le ministre a tenu à expliquer les nouvelles mesures pour la sécurisation de Kwame Nkrumah. Il a également annoncé une rencontre avec les sociétés de sécurité privées.

« Des mesures fortes sont en train d’être prises » a-t-il fait comprendre. Concernant la lutte contre le  terrorisme, Simon Compaoré a précisé que « nous avons les moyens parce que les hommes sont là ». Le ministre de la sécurité explique que « nous avons pris des dispositions pérennes pour minimiser les risques ».  

Il a laissé entendre que des patrouilles seront organisées à travers le pays. Le ministre en charge de la sécurité a également rappelé qu’il n’existe pas un pays au monde où la sécurité est totale, « c’est un phénomène mondial », dit-il.

Lire aussi 👉👉 Burkina : Tous les bénévoles américains évacués « temporairement »

 A la question de savoir si le départ des bénévoles du corps de la paix ne donnait pas un coup au pays, le ministre de la sécurité répond par la négative. « C’est une décision souveraine, nous n’allons pas faire de commentaire » a-t-il lancé.

« Nous remercions tous ceux qui sont là. La vie va continuer et de plus belle. Chacun prend ses décisions mais nous, nous souhaitons que la compréhension soit au rendez vous» a-t-il conclu. En rappel, l’avenue Kwame Nkrumah a été attaqué le 15 janvier 2016 avec 26 morts et le 13 août 2017 avec 19 morts.

Jules César KABORE

Burkina 24

Il y a 1 commentaire

  1. La lutte contre le terrorisme comme le reconnait le président du Faso,Roch Kaboré, est un combat de longue haleine. C’est une guerre asymétrique et les terroristes changent constamment de modes opératoires. Ainsi, la première attaque sur l’avenue Kwamé N’Krumah le 15 janvier 2016 a été menée par des terroristes à voitures .Pour la seconde attaque le 13 Août 2017, les terroristes sont venus à 2 sur une moto. Pour la récente attaque de début septembre 2017 à Djibasso, ils sont venus à pieds pour s’enfuir après sur 3 motos arrachées à leurs propriétaires. Le ministre d’Etat en charge de la sécurité, Simon Compaoré a fourni d’énormes efforts pour l’équipement progressif des forces de sécurité (police, gendarmerie).Il a également diligenté des formations stratégiques en matière de terrorisme par la création d’unité spéciale. Cette unité a fait ses preuves le 13 Août dans l’attaque du café restaurant Aziz Istanbul en venant à bout des 2 terroristes sans intervention de forces étrangères françaises ou américaines ,à la différence de l’attaque de Cappuccino en 2016.Les menaces terroristes étant devenues un fléau mondial, il appartient à chaque pays d’adapter des méthodes à la lutte contre cette criminalité. C’est dans cet esprit qu’il faut saluer la démarche du ministre de la sécurité auprès des riverains de Kwamé N’Krumah. Les populations doivent s’efforcer de respecter les mesures sécuritaires dans cette zone afin qu’elle ne soit plus l’épicentre du terrorisme à Ouagadougou. Félicitation aux Forces de Défense et de Sécurité(FDS) pour leur actions de combat du terrorisme. Elles ont besoin de la collaboration dynamique et discrète des populations pour mieux réussir leurs opérations sécuritaires au profit de tous. Les citoyens peuvent aussi téléphoner gratuitement aux numéros suivants pour signaler tout cas suspect ou d’attaque : 17(police) ,16(gendarmerie) ,1010 (service de veille de la sécurité).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre